Fiat 500L 2014 : un Québec à l’image de l’Europe

Fiat 500L 2014 : un Québec à l’image de l’Europe

17 Février 2013 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Lorsque la Fiat 500 est arrivée au Québec, c’était difficile de dire si sa commercialisation aurait été un fiasco ou une réussite totale comme ce fut le cas d’ailleurs. Néanmoins, après que la petite citadine italienne ait fait son entrée sur le marché, les Québécois en demandaient déjà plus, ce que Fiat leur a donné avec la 500 cabriolet et l’Abarth. Aujourd’hui, c’est au tour de la 500L d’être lancée et ce qui est d’autant plus spécial, c’est que cette dernière marque le début d’une nouvelle ère de l’automobile européenne au Québec puisque la 500 n’est plus la seule voiture que propose le constructeur italien. La Fiat 500L n’est pas très différente de la 500, à l’exception du fait qu’elle s’offre en version 5 portes et que son gabarit plus imposant fait d’elle une voiture spacieuse et confortable. Il est certain que son design n’est pas commun, mais le constructeur italien aurait pu faire plus d’effort quant à la finition extérieure. L’habitacle de la Fiat 500L fait un peu trop jouet à mon goût, mais il faut admettre que c’est réussi dans son genre. Le confort et l’espace intérieur sont deux caractéristiques que Fiat n’a clairement pas négligées. Pas vraiment le choix Même si Fiat n’a encore dévoilé aucun détail quant à la mécanique qui animera sa 500L, on peut déjà éliminer l’hypothèse du moteur de 4 cylindres de 1.4 litre qu’on trouve dans la 500 et la Dodge Dart. Ce dernier ce n’est tout simplement pas assez puissant. En revanche, le moteur turbocompressé de 4 cylindres de 1.4 litre ferait amplement l’affaire. Non seulement ses 160 chevaux seraient suffisants pour faire avant la 500L, mais ils permettraient une conduite légèrement sportive. En ce qui concerne les transmissions, on peut s’attendre à une boîte manuelle à 6 rapports de série et une boîte automatique à double embrayage à 6 rapports en option. La traction intégrale sera également de mise dans la nouvelle Fiat 500L 2014.  Une rivale de petite taille La nouvelle venue dans la gamme Fiat sera en compétition directe avec la Mini Countryman. Même si je trouve cette dernière mieux réussie sur le plan esthétique, la 500L a une personnalité plus forte. Chez Mini, les voitures se ressemblent toutes. Sans compter qu’elles partagent les mêmes mécaniques un peu à l’image de BMW. Fiat mise davantage sur la singularité de ses véhicules, un concept aussi propre à Ferrari. Tout ça pour dire que la Fiat 500L a bien plus à offrir que la Mini Countryman. Polyvalence et style, mais prix corsé La Fiat 500 L 2014 sera incontestablement le coup de cœur des Québécois pendant un certain temps, mais Fiat doit en faire plus ne pas perdre sa clientèle. Les autres constructeurs basent leur stratégie sur le choix en proposant plusieurs moteurs et versions pour chacun de leurs véhicules. Néanmoins, étant encore considéré comme exotique, Fiat peut se permettre de limiter son offre à l’essentiel. Par contre, cette vague de sensation nouvelle finira par passer et c’est la que le constructeur italien devra agir. Jean-Sébastien Poudrier



Tags: BMW, Dodge, Ferrari, Fiat, Mini, Dodge Dart, Fiat 500, Fiat 500L, Fiat 500L 2014

Auteur: Jean-Sébastien Poudrier