Infiniti FX 2013 : sera-t-il encore des nôtres en 2014 ?

22 Janvier 2013 PAR Jean-Sébastien Poudrier

L’Infiniti FX a vu le jour en 2003, mais sa dernière refonte remonte déjà à cinq ans, soit 2009. À l’heure où le prix du carburant oscille aux environs des 1,40 $, ce véhicule de plus de 2 000 kilos commence à se faire anachronique avec son gros V6 et son V8 de 5 litres. Et ça se vérifie dans le total des ventes qui a chuté de plus de la moitié. Qu’est-ce que le constructeur japonais entend faire avec ce véhicule utilitaire qui n’a d’utilitaire que le nom ? On ne le sait pas encore ! L’année 2013 risque fort d’être son année de vérité. Mécanique Pour ce qui est du FX, deux versions, 37 et 50, deux moteurs, un V6 et un V8. D’abord, le  FX37 propose un V6 de 3,7 litres à double arbre à cames en tête qui développe une puissance de 325 chevaux à 7 000 tours par minute. Il produit un couple de 269 livres-pieds à 5 200 tours. Avec le V6, le FX peut boucler le 0 à 100 km/h en 7 secondes et atteindre une vitesse de pointe de 235 km/h. Le FX50, quant à lui, reçoit un moteur V8 de 5 litres à double arbre à cames en tête qui génère une puissance de 390 chevaux à 6 500 tours et un couple de 369 livres-pieds à 4 400 tours. Pour ce qui est du 0 à 100 km/h, on coupe un peu plus d’une seconde au temps du FX37, et la vitesse maximale passe à 250 km/h. Une seule boîte de vitesses est offerte sur les deux modèles, soit l’automatique à 7 rapports avec mode manuel et leviers de sélection au volant. Habitacle et carrosserie En termes de design, le FX n’est pas vraiment désagréable à regarder. C’est un véhicule dont la vocation n’est pas vraiment définie, mais il est moderne et très dynamique. À l’intérieur, ça ne manque pas d’élégance. Les matériaux sont d’excellente qualité, et la finition est digne de la marque Infiniti et se compare avantageusement à ce que les Allemands proposent. Les sièges sont confortables, mais ils manquent de soutien lombaire. À l’arrière, les passagers manqueront un peu d’espace. Pour ce qui est de l’espace de chargement, le design du véhicule devient un handicap puisqu’on n’a que 702 litres disponibles à l’arrière quand le dossier des sièges est relevé. La chaîne audio comporte 11 haut-parleurs, la connectivité Bluetooth et la navigation. À l’avant, on retrouve des sièges avec fonction de mémoire, le volant inclinable et télescopique et une foule d’autres accessoires tout aussi intéressants. Conclusion L’Infiniti FX n’est peut-être pas le véhicule idéal en ces périodes où le carburant coute 1,40 $ ou plus, mais il s’agit d’un véhicule raffiné dont l’habitacle est drôlement bien ficelé. Sera-t-il toujours des nôtres l’an prochain ? Bien malin celui ou celle qui pourra l’affirmer. Pour le moment, cependant rien ne nous permet de dire qu’il disparaîtra. Pourquoi ne pas y aller avec un 4-cylindres turbo comme le font les Sud-Coréens ? Richard Roch


Tags: Infiniti, Infiniti FX, Infiniti FX 2013
Auteur: Jean-Sébastien Poudrier