1 propriétaire de voiture électrique sur 5 retourne vers l’essence

24 Mai 2021 PAR Jean-Sébastien Poudrier

La firme UC Davis a récemment dévoilé les résultats d’une recherche sur les propriétaires de voitures électriques et l’une des données les plus surprenantes sur lot, c’est qu’environ 1 propriétaire de voiture électrique sur 5 retourne vers l’essence pour son prochain véhicule. La recherche a également révélé qu’il y a plus de femmes que d’hommes qui effectuent le retour à l’essence et que le principal argument reste la recharge. D’ailleurs, il semble que le problème vienne davantage des voitures hybrides rechargeables que des voitures totalement électriques.

Il faut comprendre que la majorité des véhicules hybrides rechargeable peuvent parcourir entre 30 et 50 kilomètres à partir d’une seule charge en moyenne. Certes, il y a quelques exceptions à la règle et même si cette donnée peut sembler suffisante pour la majorité des gens pour effectuer des déplacements quotidiens, si on oublie d’effectuer la recharge une soirée, on retombe avec l’essence le lendemain. Il faut savoir qu’il n’y a pas une énorme variété de modèles hybride enfichable non plus, ce qui n’aide certainement pas à la situation et ces derniers sont généralement beaucoup plus dispendieux que les véhicules équivalents à essence tout simplement. Alors on peut facilement comprendre ce qui mène les acheteurs à rebrousser chemin.

On pourrait dire que le problème vient d’une mauvaise éducation des acheteurs, mais pour avoir fréquenté de nombreux évènements où on retrouve des voitures électriques et hybrides rechargeables, je peux vous dire que les propriétaires de ses voitures sont parmi les plus informés de l’industrie.

Pour ce qui est des véhicules 100% électriques, l’autonomie aurait pu être un problème il y a 10 ans à peine, mais aujourd’hui, la majorité des véhicules 100% électriques affichent une autonomie de plus de 350 kilomètres et il n’est pas rare de voir des modèles dépasser les 450 kilomètres. Il est certain que les incitatifs financiers comme ceux du Québec et du Canada aident beaucoup les acheteurs dans leur décision d’aller vers un second véhicule électrique.

Au final, je crois qu’une perte de 20% n’est pas catastrophique, car il faut comprend que l’étude porte sur les propriétaires de voitures électriques. Malheureusement, l’étude ne mentionne pas combien de nouveaux propriétaires de véhicules électriques il y a chaque année. D’ailleurs, le bassin de l’étude comprenait environ 4 000 participants, ce qui peut ne pas être représentatif de la situation au Canada et surtout au Québec où les véhicules électriques prennent de plus en plus en place.



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER