Bugatti s’en va chez Porsche

05 Avril 2021 PAR Jean-Sébastien Poudrier

À priori, je comprends que la nouvelle puisse porter à confusion puisque Bugatti et Porsche évoluent tout 2 dans la grande famille Volkswagen à même titre que Lamborghini, Audi et plusieurs autres marques. Néanmoins, il faut comprendre que certaines de ses marques sont plus indépendantes et c’est le cas de Bugatti qui ne fait littéralement rien comme les autres. La grande majorité des composants sont conçus et fabriqués pour la Chiron contrairement aux autres marques qui partagent de nombreux éléments.

Il faut savoir que dans la famille Volkswagen, la performance c’est Porsche qui s’en occupe de manière globale et c’est l’une des raisons, on présume, qui a poussé le groupe à donner le contrôle de Bugatti à Porsche. Ce dernier gère aussi Rimac depuis quelques semaines, une entreprise qui se spécialise dans la fabrication de supercar électrique. Si je mentionne cette dernière, c’est parce que Rimac voulait aussi prendre le contrôle de Bugatti, mais il semble que ça soit Porsche qui ait été désigné pour cela au final.

L’avenir de la marque

Maintenant que Porsche s’occupe de la gestion de Bugatti, à quoi peut-on s’attendre pour l’avenir de cette dernière ? L’an dernier, dans une entrevue accordée au magazine Car And Driver, Stefen Winkelmann, le président de la marque, a dit vouloir que «Bugatti se lance directement dans l’électrification plutôt que de transiger vers cette dernière avec des technologies hybrides». Toutefois, maintenant que Porsche a le contrôle, les choses peuvent radicalement changer pour la marque puisque comme vous le savez probablement, Porsche n’a pas l’intention d’éliminer ses motorisations à essence, bien au contraire. En fait, le constructeur allemand travaille plutôt sur le développement d’un nouveau carburant synthétique encore plus propre que le fait de produire de l’électricité et qui pourrait littéralement venir remplacer le carburant fossile utilisé actuellement.

Ainsi, je crois qu’on peut prétendre qu’il y aura encore des cylindres sous le capot de la remplaçante de la Bugatti Chiron. La question à mon avis, c’est de savoir de combien de cylindres on doit parler. D’ailleurs, je crois, aussi de l’électrification fera son chemin vers la marque avec un système hybride. D’autres rumeurs veulent que Bugatti emprunte une route similaire à celle de McLaren en offrant des voitures plus abordables maintenant que sa réputation est faite. Enfin, par abordable, je veux dire moins dispendieux que la Chiron, car Bugatti doit tout de même conserver sa place dans la hiérarchie Volkswagen, ce qui veut dire que le constructeur ne peut pas empiéter sur le territoire de Lamborghini. Toutefois, une Bugatti à moins d’un million de dollars serait peut-être une chose à envisager dans l’avenir de la marque.

Un peu d’histoire

Bugatti a été fondée en 1909 par Ettore Bugatti dont les initiales composent encore le logo. La marque a longtemps évoluée seule en concevant des voitures de course et des modèles dispendieux pour la haute cour. Toutefois, c’est en 1963 que la marque a été vendue à la société Hispano-Suiza. Durant ses années sous la direction d’Hispano-Suiza, la marque est restée plutôt discrète avant de refaire les manchettes en 1987 après avoir été vendue à Romano Artioli. Après des années de travail et de développement, la marque présente finalement un nouveau modèle 1991, la Bugatti EB110 qui vient célébrer du même coup les 110 ans de l’anniversaire de naissance de son fondateur qui est malheureusement décédé en 1947. Seulement 139 exemplaires de la EB110 seront construits, ce qui en fait assurément l’une des voitures les plus rares et désirables de l’ère moderne de la marque.

Finalement, c’est en 1998 que les reines de Bugatti passent sous la gouverne de Volkswagen. Fait étonnant, Volkswagen ne voyait pas Bugatti comme une marque a rentabilisé au début. Le groupe se servait plutôt du constructeur français pour développer de nouvelles technologies de pointe en y positionnant ses meilleurs ingénieurs. Ainsi, quelques années plus tard est arrivée une voiture qui a marqué son époque et qui reste encore aujourd’hui l’une des plus rapides du monde, la Bugatti Veyron. À l’époque, elle était propulsée par un moteur W16 de 1001 chevaux et elle était capable d’atteindre une vitesse de pointe de 407 km/h. Historiquement parlant, cette voiture est à la fois l’un des plus grands échecs et succès de la marque puisque le constructeur perdait de l’argent pour chaque modèle vendu, mais c’est ce qui lui a permis de développer des voitures encore plus impressionnantes et rentables par la suite. Finalement, la Chiron est arrivée sur le marché et ce modèle qui est encore en cours de production a donné naissance à plusieurs éditions spéciales qui valent toutes une petite fortune.



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER