Covid-19 : Résumé de la situation dans les concessionnaires

   10 Mai 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Bien qu’il soit encore trop tôt pour mesurer l’impact de la réouverture de la majorité des concessionnaires automobiles au Québec, à l’exception de ceux de la métropole. Néanmoins, je crois que cette première semaine donne de l’espoir aux propriétaires de concessionnaires puisque l’achalandage a été particulièrement fort même si les clients ne pouvaient se présenter sur place que par rendez-vous. Disons que c’est une bonne nouvelle pour l’industrie de l’automobile, car le mois d’avril a été l’un des plus désastreux de l’histoire.

Comme bien des journalistes automobiles, j’ai décidé d’aller voir comment ça se passait dans certains concessionnaires cette semaine pour également discuter avec les propriétaires. Ces derniers sont déjà très optimistes après une semaine d’ouverture puisque les transactions se font en grands nombres.

Des aubaines très attendues

Comme mentionné par Robert Poëti le préside de la CCAQ, « Il y aura des programmes comme on n’en a jamais vu ». Peut-être que c’est ça qui motive les acheteurs à se diriger vers les concessionnaires depuis quelques jours. Il faudra attendre de voir ce que les statistiques ont à dire sur le sujet, mais selon ce que j’ai pu voir et entendre de la part des concessionnaires jusqu’à maintenant, le taux d’occupation a été plus élevé que l’an dernier dans la même semaine. Toutefois, cette hausse d’intérêt peut avoir été causée par de nombreux facteurs et non pas unique par la réouverture des commerces après plus d’un mois de confinement. Certains concessionnaires croient que cette hausse d’achalande est probablement dû au fait que les concessionnaires ne sont pas encore accessibles dans la métropole nationale, car la ville de Montréal représente à elle seule une importante part du marché de l’automobile au Québec. Sans compter que la situation est encore très critique du côté de l’Ontario, ce qui explique peut-être une hausse d’achalandage importante du côté de l’Outaouais, car même s’il y a des barrages, ce ne sont pas tous les automobiles qui sont contraints à devoir rebrousser chemin.  

Des mesures de sécurité

Si vous voulez vous procurer une voiture dans les prochaines semaines, il faudra vous attendre à une expérience de magasinage bien différente d’avant. D’abord, vous ne pouvez pas tout simplement vous présenter en concessionnaire pour demander à rencontrer un représentant et faire l’essai d’un véhicule. Le tout doit se faire sur rendez-vous, car les concessionnaires doivent désinfecter le véhicule pour vous avant votre essai. De plus, tout comme c’est le cas dans les épiceries, il y a des mesures à suivre à l’intérieur de la salle d’exposition des concessionnaires. Vous devez vous laver les mains dès votre entrée en concession. La salle d’exposition n’est pas totalement accessible et les véhicules qui se trouvent à l’intérieur sont tous verrouillés. De plus, la distance entre les représentants des ventes et les clients a été augmentée pour respecter le 2 mètres réglementaire. Disons que le processus total est assez laborieux, mais ce n’est clairement pas ce qui empêche les gens d’acheter des véhicules.

Maintenant, on peut se poser la question à savoir si le marché de la vente d’automobile va finir par revenir à la normale et si vous voulez mon opinion, je crois que ça ne sera pas le cas. L’industrie est constamment en train d’évoluer et j’ai la ferme impression que la crise de la Covid-19 va avoir donné un coup de pouce à la vente et ligne de véhicule. D’ailleurs, plusieurs concessionnaires ont déjà mis des mesures en place pour effectuer des visites virtuelles de votre futur véhicule. On peut dire que certains ne manque pas de créativité et c’est une bonne chose parce que les prochains mois vont être crucial et il faudra trouver des manières pour s’adapter aux nouvelles règles, mais aussi aux nouvelles normes sociales du marché, car je crois que c’est là que les choses vont le plus changer.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER