Covid-19 : une forte hausse des excès de vitesse

   05 Mai 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

La semaine dernière, nous vous avons parlé d’un conducteur téméraire qui a été intercepté à une vitesse de pointe de 271 km/h sur l’autoroute 417 en Ontario et d’une Ferrari LaFerrari qui a enregistré une vitesse maximale de 372 km/h sur vidéo sur l’Autobahn en Allemagne. Eh bien, il semble que ces évènements soient loin d’être isolés comme le mentionne un rapport américain sur le sujet. En résumé, il y a une corrélation directe entre la Covid-19 et l’augmentation de la vitesse des conducteurs sur la route.

Si vous avez pris votre voiture dans les dernières semaines, vous avez certainement pu constater que les routes sont vides, littéralement et même si on risque d’y retrouver davantage de véhicules dans les prochains jours avec la réouverture des commerces, les choses sont loin d’être de retour à la normale. Tout ça pour dire que si c’est le cas au Québec, c’est aussi le cas ailleurs dans le monde et notamment chez nos voisins du sud, les américains. Selon un rapport de la police de Los Angeles, on constate une augmentation moyenne de 30% de la vitesse des conducteurs depuis le début de la pandémie. Les états du Colorado, de l’Indiana, du Nebraska et de l’Utah ont constaté une forte hausse des conducteurs attrapés à une vitesse de plus de 100 mph, soit 160 km/h. À New York, les caméras à détecteur de vitesse ont pratiquement doublé leur nombre de contravention pour excès de vitesse à la fin du mois de mars. Bref, je pourrais vous sortir ce genre de statistiques des paragraphes durant, mais je crois que la donnée la plus intéressante de toute est le fait qu’il y ait une baisse significative d’accidents.

Il y a lieu de se demander si le fait de pouvoir rouler à une vitesse plus élevée rend les gens moins agressif et plus attentif. On pourrait aussi attribuer cette situation positive au fait qu’il y a tout simplement moins de voitures sur la route et c’est probablement là le facteur le plus important à mon avis. Toutefois, si on constate moins de collisions entres les véhicules, ont constaté aussi moins de sorties de route et ça, c’est plutôt étonnant. C’est donc dire que les conducteurs les moins attentifs et les moins expérimentés ont tout simplement décidé de rester à la maison.

Le paradis sur Terre

C’est ce qui m’amène à vous parler des excès de vitesse et il faut comprendre que pour un adepte d’automobile, des routes vides ça signifie le paradis sur Terre, littéralement. Néanmoins, les limites de vitesse, elles, sont encore là, et ce, pour de bonnes raisons. Bref, certains adeptes d’automobile et surtout ceux qui sont propriétaires de voiture particulièrement rapide semblent l’avoir oublié et les grands excès de vitesse ne cessent de se multiplier partout dans le monde depuis quelques semaines. Par exemple, la semaine dernière, on parlait de cette Dodge Challenger qui a été interceptée à plus de 271 km/h dont le pneu a fini par éclater. Cette semaine, on a eu droit à une prouesse encore plus téméraire puisqu’un conducteur a été intercepté à plus de 300 km/h au volant de sa Dodge Charger Hellcat dans l’État du Michigan, soit près de 200 km/h au-dessus de la limite de vitesse permise.

Une évolution des règles

Si le retour à la normale signifie de devoir ralentir pour les adeptes de conduite dangereuse, je crois qu’il faut s’attendre à ce que les différents gouvernements du monde aient tiré une importante leçon de cette expérience et croyez-moi, le résultat ne risque clairement pas d’être positif. Bref, on sait maintenant qu’il y a une forte propagation à se produire de grands excès de vitesse là où les routes sont vides en temps de crise. Alors, peut-être que c’est la même chose qui se produit sur les routes qui sont vides de manière générale. Bref, certains gouvernements se posent sérieusement la question à savoir s’il faudrait augmenter la présence policière sur ce genre de route ou peut-être même y installer des dispositifs fixes. Après tout, les conducteurs ont prouvé que ce n’est pas les limites de vitesse qui les empêchent de se limiter dans leur conduite, mais bien la quantité de voiture sur la route.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER