Du diésel à l’huile de patates frites!

   28 Décembre 2012 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Transformer votre vieille voiture diésel en voiture qui fonctionne à l’huile végétale ne relève en rien de la Science-fiction. En effet, plusieurs de ces voitures « modifiées » pour ne consommer que de l’huile végétale, ou presque, roulent sur les routes du Québec. Pour les bricoleurs et les quelques compagnies qui sont capables d’effectuer cette conversion à l’huile végétale, ça semble une solution efficace aux problèmes de la hausse du coût du carburant diésel ainsi qu’aux propriétés polluantes de ce dernier. En revanche, l’huile végétale n’est pas disponible à la station-service et son utilisation pour remplacer le diésel n’est pas sans danger, pour la voiture bien sûr.

Plusieurs pièces sont nécessaires à la modification d’une voiture diésel en voiture fonctionnant uniquement à l’huile végétale, ce qui n’est pas sans risque pour la voiture. C’est pour cette raison qu’il est préférable d’opter pour la conversion d’une vieille voiture diésel. Toutefois, le plus difficile reste à venir, soit l’alimentions en huile végétale. Comme elle n’est pas disponible à la station-service, il faut passer par des petits restaurants du style casse-croûte pour ne récolter parfois que quelques litres d’huile usagée, après quoi vient un long et laborieux processus de filtrage. Néanmoins au bout du compte, il y a de véritables économies à réaliser et l’impact sur l’environnement est positif.

Du recyclage écologique, mais…

Que font les casse-croûte avec leur vieille huile à patates frites ou plutôt que peuvent-ils faire avec? Eh bien, voilà une excellente source d’approvisionnement en huile végétale pour les propriétaires de voitures conçu pour fonctionner avec cette dernière. Néanmoins, il n’y aurait pas assez de casse-croûte pour alimenter un éventuel marché de l’automobile fonctionnant à l’huile à patates frites. Et dans la mesure où les stations-service pourraient vendre de l’huile végétale comme de l’essence où du diésel, l’impact économique sur le milieu de la restauration rapide ne serait pas sans conséquence.

Un produit rentable

Encore très peu exploitée au Canada, l’utilisation l’huile à patates frites comme biocarburant ne cesse de gagner en popularité en France, surtout en raison d’une plus grande disponibilité des voitures diésel. Néanmoins, certaines entreprises se spécialisent également dans la distribution d’huile végétale filtrée et prête pour faire le plein.

Sans même modifier son moteur pour qu’il fonctionne uniquement à l’huile à patates frites, on peut mélanger cette dernière, dans une proportion de 20 % à 30 %, avec du carburant diésel, ce qui représente une économie considérable à long terme. En revanche, ce n’est pas sans risque pour le moteur de votre voiture et ça peut produire l’effet contraire au niveau de l’environnement en encrassant le moteur au bout d’un certain temps.

Une alternative pour bricoleur seulement

Je ne pense pas que l’huile végétale pourra, un jour, remplacer l’essence où le diésel, mais son utilisation à petite échelle comme biocarburant montre qu’avec un peu d’imagination et des petits gestes, on peut innover et économiser tout en étant respectueux de l’environnement.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER