FCA : 1.5 milliard pour son usine de Windsor

   12 Novembre 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Après plusieurs mois de mauvaises nouvelles pour les travailleurs canadiens de l’automobile, FCA nous apporte afin de l’espoir avec l’annonce d’un investissement de 1.5 milliard de dollars pour son usine de Windsor en Ontario. Cette somme servira notamment à moderniser l’équipement et la chaîne d’assemblage afin qu’on y construise des véhicules électriques. D’ailleurs, cette nouvelle fait partie d’un accord entre le syndicat des travailleurs de l’automobile (Unifor) et le géant américain de l’automobile. Bon, maintenant qu’on sait que l’usine sera modernisée, à quoi peut-on s’attendre puisque FCA ne propose actuellement aucun véhicule 100% électrique. Certes, il y a la Pacifica et la lignée 4xe chez Jeep, mais dans les faits, aucun véhicule 100% électrique. D’ailleurs, ce type de motorisation ne cesse de gagner en popularité et certains modèles qui en seront équipés seront aussi assemblés dans cette usine. De plus, selon certaines informations que nous avons pu obtenir, il semblerait que le groupe FCA soit à même de présenter un nouveau véhicule électrique. Presque centenaire L’usine de Windsor a été construite en 1928 et elle couvre à elle seule une superficie de 4.4 millions de pieds carrés. Elle emploie aujourd’hui plus de 4 671 travailleurs et c’est là qu’on produit actuellement la Pacifica, la Voyager et la Grand Caravan. En fait, la majorité des minifourgonnettes qui ont passé par FCA, Chrysler et tout autre propriétaire du groupe avant ont été assemblées par cette usine, y compris la Volkswagen Routan. D’ailleurs, dans son communiqué, Unifor mentionne également que plus de 2 000 emplois d’ici 2024. Bref, c’est une bonne nouvelle pour les travailleurs canadiens. La 300 et la Charger aussi ! Selon Unifor, une entente aurait aussi été négociée en ce qui concerne la continuité de production de la Charger et de la 300 pour un bon moment encore. Un avenir meilleur pour le groupe ? Comme vous le savez probablement, PSA et FCA ont récemment décidé de s’associer, ce qui a permis de créer le groupe Stellantis. Pour le moment, cette « fusion » n’apporte que très peu de changement dans les groupes respectifs et c’est un peu l’idée. PSA et FCA veulent en quelque sorte resté indépendant l’un de l’autre, mais veulent bénéficier d’un partage de technologies et d’une division des coûts de développement. Bref, ce n’est pas demain la veille que vous allez pouvoir rouler en Peugeot toute neuve dans les rues de Montréal. On peut penser que l’électrification sera au cœur même de cette coopération et ne soyez pas surpris sur la majorité des modèles autant chez FCA que PSA proposent au moins une variante électrifiée dans les années à venir.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER