FCA et PSA : Toujours d’actualité?

   16 Juillet 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

RAMond',serif;">La crise de la Covid-19 a mis la majorité des projets des grands constructeurs automobiles sur la glace et jusqu’à tout récemment, on croyait que l’alliance PSA/FCA finirait elle aussi par couler, mais il semble que ça ne soit pas le cas. En fait, on sait maintenant que le groupe va fusionner à coup sûr et qu’un nouveau nom a même été trouvé. Bref, si vous conduisez une voiture Fiat, Maserati, Alfa Romeo, Chrysler, Jeep Dodge, RAM, Opel Peugeot, Citroën, vous allez maintenant pouvoir dire que vous être propriétaire d’un modèle du groupe Stellantis.

À priori, cette nouvelle appellation ne semble avoir aucun lien direct avec PSA et FCA, mais les 2 groupes ont convenu de ce dernier puisqu’il signifie briller d’étoile en latin. Il faut admettre que c’est assez original comme appellation et que ça va permettre aux 2 groupes de s’identifier à quelque chose de commun sans pour autant perdre leurs appellations propres, car ce nouveau nom ne sera utilisé comme pour représenter l’ensemble du groupe. Autrement dit, FCA reste FCA et PSA restent PSA.

Une fois que la fusion sera complétée, Stellantis deviendra officiellement le 3e plus grand groupe automobile du monde en termes de chiffres de ventes, mais il reste encore à obtenir l’approbation des investisseurs avant de pouvoir dire que le groupe est entier et uni.

Et les consommateurs dans tout ça ?

Comme on l’a mentionné plus tôt, l’appellation Stellantis ne sera utilisée qu’au niveau du sommet du groupe et elle ne changera pas grand-chose dans les opérations quotidiennes des 2 groupes. En revanche, l’union de PSA et FCA vont quant à elle permettre à ces derniers d’explorer de nouveaux projets communs afin de réduire les coûts de production et d’augmenter la diversité au sein de chaque gamme. On peut certainement s’attendre au développement de plateformes communes pour de nouveaux véhicules électriques. De son côté, FCA propose de gros véhicules très performants et probablement le meilleur système d’infodivertissement sur le marché. Ces 2 éléments risquent très certainement de débarquer en Europe. De son côté, PSA offre des petits véhicules économiques à la pompe, quelque chose qu’on n’a pas vu depuis des lustres chez FCA il faut bien l’admettre. Bon d’accord, il y a la Fiat 500, mais l’impact de cette dernière est si faible en Amérique du Nord que la marque n’est même pas considérée dans les statistiques. Imaginez seulement que Chrysler ou Dodge propose un petit de qualité, économique à la pompe et plaisante à conduire avec une allure plutôt européenne. Ça, c’est le genre de chose qui pourrait très bien avoir du succès en Amérique du Nord, surtout lorsqu’on sait que le marché est loin d’être saturé à ce niveau et qu’il y a de plus en plus de joueurs dans le segment.

Donc concrètement, ce que l’alliance PSA/FCA va nous apporter à nous, les consommateurs, c’est de nouvelles technologies et peut-être de nouveaux produits orientés vers l’économie de carburant et l’électrification. Il faut savoir que les normes en matière d’émissions de gaz à effet de serre sont de plus en plus sévères, ce qui veut dire que FCA ne pourra pas continuer indéfiniment à augmenter la puissance de ses véhicules avec des gros V8 suralimenté même si c’est exactement ce que les consommateurs veulent en ce moment.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER