FCA et PSA : une alliance à 50 milliards

   27 Décembre 2019 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Après plusieurs semaines de négociations, de nombreuses rumeurs sur le sujet et des mises à jour qui entrent au compte-goutte, FCA et PSA ont finalement concluent une attente de fusion dont la valeur est estimée à plus de 50 milliards de dollars. Ainsi, FCA et PSA devient le 4e plus grand groupe automobile au monde après Nissan-Renault, Volkswagen et Toyota. Ironiquement, on croyait que FCA fusionnerait avec Nissan-Renault plutôt cette année, mais il semble que l’entente primaire n’ait pas été conclue. Quoi qu’il en soit, on peut désormais se pencher sur la nouvelle fusion entre FCA et PSA pour ainsi savoir ce que tout ça implique et en quoi ça pourrait avoir un impact sur le marché automobile nord-américain, car on ne retrouve pour le moment aucun des produits que propose PSA sur notre marché.

Parlons d’abord des grands patrons puisque c’est un aspect très important de la transaction. Selon vous, qui de FCA ou PSA prendra les commandes de cette nouvelle entité qui n’a pas encore de nom officiel? Eh bien, figurez-vous que c’est à Carlos Tavares, soit l’actuel grand patron de PSA que la tâche de diriger le 4e plus grand groupe automobile du monde a été confiée. De son côté, John Elkan, l’actuel patron de FCA sera président du consortium tout simplement.

4e plus grand

Pour être le 4e plus grand groupe automobile du monde, il faut offrir un gramme certainement varié et c’est exactement ce que propose FCA et PSA. D’ailleurs, histoire de mettre les choses en perspective, voici la liste des marques qu’on retrouve chez chacun des groupes respectifs.

PSA : Peugeot, Citroen, DS Automobiles, Opel, Vauxhall, Free2 Move Lease

FCA : Abarth, Alfa Romeo, Chrysler, Dodge, Fiat, Fiat Professional, Jeep, Lancia, Maserati, Mopar, RAM, SRT

Ensemble, ses marques représentent plus de 8.7 millions de véhicules, ce qui n’est tout de même pas rien. Néanmoins, ça nous permet de réaliser à quel point les 3 Nissan-Renault, Volkswagan et Toyota sont impressionnants eux aussi. D’ailleurs, l’an dernier, c’était Volkswagen qui était en tête et le groupe a perdu son titre en raison des ventes de véhicules commerciaux qui sont tout simplement plus fortes chez Nissan-Renault.

Une transformation radicale?

Si certains prédisent que nous aurons droit à une vague de nouveaux véhicules d’inspiration européenne, je crois que l’impact direct de cette fusion risque d’être nettement moins radical que nous le pensons. Il est certains que FCA va vouloir utiliser les plateformes de petit format de PSA pour offrir une gamme de véhicules plu8s vaste en Amérique du Nord, mais pour le reste, on peut surtout s’attendre à un partage de technologies entre les 2 entités. Ainsi, là où FCA, mais surtout Chrysler, Jeep, Dodge et RAM pourrait profiter de cette fusion, c’est en matière d’électrification, car pour le reste, la gamme nord-américaine est assez impressionnante et sa formule fonctionne déjà assez bien. Bon, il y a du ménage à faire avec certains modèles, mais dans l’ensemble les choses vont plutôt bien.

Les restes de GM

Comme vous l’avez probablement remarqué, Opel et Vauxhall font aussi partie de la transaction, ce qui est plutôt ironique puisque de nombreux véhicules produits par les 2 divisions sont encore des modèles inspirés par General Motors, vous savez, l’un des plus grands rivaux de Chrysler. Quoi qu’il en soit, FCA pourra bénéficier des connaissances acquises par ses 2 marques de General Motors avec les années. En revanche, ne vous attendez pas à voir de véhicule Opel et Vauxhall en Amérique du Nord, car ces 2 marques sont déjà très bien établies en Europe. Toutefois, Je ne serais pas surpris si Peugeot ou Citroën tente d’introduire certains modèles à travers les concessions FCA déjà existantes, car les 2 constructeurs se spécialisent dans la fabrication de petits véhicules économique à la pompe, ce qu’on ne retrouve clairement pas chez Chrysler, Jeep, Dodge et RAM à l’heure actuelle. Enfin, il y a le Renegade, mais ce dernier est un Fiat 500 déguisé et son avenir en Amérique du Nord est incertain, car les ventes ne sont tout simplement pas là pour justifier sa raison d’être.  

Il faut comprendre que la fusion entre FCA et PSA n’est pas un rachat de l’un par l’autre, mais bien une entente qui permettra aux 2 groupes de travailler ensemble pour les années à venir. On ne connait pas tous les détails de cette fusion bien entendu, mais on peut certainement s’attendre à certaines modifications dans les années à venir comme on a pu le voir avec Ferrari qui faisait autrefois partie du groupe FCA et qui s’est dissocié de ce dernier.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER