Ferrari et Charles Leclerc à Monaco

   06 Juin 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Comme vous avez certainement pu le remarquer dans les dernières semaines, les choses ne vont pas très bien dans l’industrie de l’automobile et c’est encore pire en ce qui concerne les sports qui y sont associés. La Formule 1 est particulièrement touchée par la crise de la Covid-19 et certaines équipes la paient très cher comme c’est le cas de Williams qui est officiellement en vente. Sans parler de tous ces pilotes qui changent d’équipe depuis le début de la crise. Heureusement, chez Ferrari, l’avenir de l’écurie se dessine petit à petit avec Sainz comme nouveau pilote et Leclerc comme meneur. D’ailleurs, la marque au cheval cabré s’est impliquée dans la création d’un vidéoclip entre Charles Leclerc et sa Ferrari SF90 Stradale.

Rappelons que le jeune pilote est d’origine monégasque et c’est pour cette raison que le constructeur italien a décidé de tourner cette vidéo pour le moins impressionnante à Monaco. Notons d’ailleurs que plusieurs YouTubers qui ont pour terrain de jeu la Principauté de Monaco ont pu observer le tournage d’assez près.  

Le plus ironique dans tout ça, c’est que le pilote de la Scuderia Ferrari ne se considère pas comme un acteur dans le vidéoclip. Ce dernier dit s’être contenté de conduire sa voiture à toute vitesse dans les rues de Monaco comme il l’aurait fait lors d’un Grand Prix.

Au cas où vous vous poseriez la question, le vidéo en question a été tourné en hommage au film C’était un rendez-vous (1976) de Lelouch. D’ailleurs, non pas une, mais 2 Ferrari SF90 Stradale ont été utilisées pour le tournage. La voiture du devant était celle conduite par Charles Leclerc et la voiture de dernière était équipée d’une caméra. Disons seulement qu’avec une puissance de près de 1 000 chevaux, un 0-100 en moins de 2.5 secondes et une vitesse de pointe de plus de 340 km/h, la seule chose qui peut véritablement arriver à suivre la Ferrari SF90 Stradale, c’est une autre Ferrari SF90 Stradale.

Ferrari SF90 Stradale

Le bolide du constructeur italien est considéré comme une véritable révolution chez Ferrari puisqu’il s’agit de la première voiture de la marque à franchir le cap des 1 000 chevaux, mais c’est également la première voiture à être doté d’une motorisation hybride enfichable contrairement à la LaFerrari qui était une voiture hybride régulière. Enfin, lorsqu’on dit régulière on ne veut pas dire comme un Prius, mais je crois que vous comprenez où je veux en venir avec tout ça. Quoi qu’il en soit, la Ferrari SF90 Stradale est arrivée sur le marché en 2019 et elle tire son appellation de Scuderia Ferrari et 90 (2019) pour célébrer les 90 ans de la marque.

La Ferrari SF90 Stradale est propulsée par un moteur V8 biturbo de 3.9 litres qui affiche une puissance de 780 chevaux et lequel est accompagné par plusieurs moteurs électriques de 220 chevaux, ce qui nous amène à une puissance totale de 1 000 chevaux. Fait intéressant, la SF90 Stradale est dotée d’une toute nouvelle boîte de vitesse automatique à double embrayage à 8 rapports, mais cette dernière ne possède aucune fonction de marche arrière. En fait, ce sont les moteurs électriques qui se trouve sur l’essieu avait qui assure cette fonction. C’est plutôt original, mais c’est très ingénieux puisque sa permet de réduire le nombre de pièces mobiles dans la transmission de la SF90 en plus de réduire son poids total, ce qui est toujours apprécié dans ce genre de voiture.

Bien qu’elle vienne à peine de débarquer sur le marché canadien, la SF90 est une Ferrari de production régulière, ce qui signifie que sa production n’est pas limitée à un certain nombre d’exemplaires comme c’est le cas avec la LaFerrari.  

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER