Ford fête les 100 ans de sa chaîne de montage

   18 Octobre 2013 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Ce n’est pas tous les jours qu’un constructeur automobile fête les 100 ans de sa chaîne de production et dans le cas présent, c’est d’autant plus spécial qu’il s’agit d’une première, car Ford a été l’instituteur de la voiture produite en série. Certes, le processus du travail à la chaine existait bien avant le projet d’Henri Ford, mais ce dernier a été le premier homme d’affaires à adapter le principe à l’automobile en le perfectionnant.

Bien qu’elle soit encore debout, l’ancienne usine Ford de Détroit, celle qui a vu naître la production de l’automobile à la chaîne, n’est plus en fonction depuis de nombreuses années déjà.

Une date importante

Le 7 octobre 1913 est probablement l’une des dates les plus importantes en histoire de l’automobile, car il s’agit du jour où les ingénieurs de Ford on mit en marche la première chaîne de montage pour automobile.

Le Fordisme

Eh bien, non, il ne s’agit pas d’une maladie au cas ou vous vous seriez posé la question, mais le Fordisme existe réellement. Il s’agit du modèle de production utilisé par Henri Ford pour sa chaîne de montage et je vous assure que pour l’époque c’était toute une découverte. Ford a été le premier constructeur automobile ou on utilisait le principe de partir avec une quantité absolument phénoménale de pièces détachées pour les assembler de poste en porte pour finir avec une voiture complète au bout de la chaîne. Si ce principe est pour nous aujourd’hui très simple, il s’agit de l’une des plus grandes révolutions du monde de l’automobile pour l’époque.

Ce qu’on appelle aujourd’hui le Fordisme est un modèle de production qui a permis au constructeur automobile Ford d’offrir des voitures moins cher en plus de répondre à une demande de plus en plus grande. La production est littéralement passée de quelques exemplaires par semaine à plusieurs milliers. Avant le Fordisme, un Model T nécessitait 12 heures de travail pour être complété, ce qui est passé à 93 minutes avec la chaîne de montage.

En 1913, Ford était capable de produire environ 1 000 voitures par jour, soit le même nombre d’unités en moyenne qui sortent des usines modernes d’aujourd’hui. Certes, le nombre de pièces s’est depuis décuplé, mais c’est ce qui prouve que le modèle de production d’Henri Ford est réellement efficace.

Avant la chaîne de montage, un Model T coutait environ 850 $ à produire. Une fois le système de Henri Ford bien implanté, on pouvait acheter un Model T pour seulement 260 $ à l’époque. On retrouve encore aujourd’hui ce principe quand on fait référence à des constructeurs tels que Ferrari et Lamborghini dont les voitures sont encore assemblées à la main, ce qui explique leur prix stratosphérique et que de l’autre côté on puisse bénéficier d’une petite Ford Fiesta moins performante, mais certainement mieux équipée que les grandes sportives italiennes pour une somme tout à fait raisonnable.

 

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER