Ford Mustang : dites bonjour à la Hoonifox de Ken Block

   16 Mai 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Réputé pour ses exploits en course rallie automobile, mais surtout pour ses vidéos de Gymkhana, Ken Block est assurément l’une des figures les plus reconnues de l’industrie. Son association avec Ford a été aussi bénéfique d’un côté que de l’autre et c’est aussi ce qui permet à Ken Block de nous présenter chaque année un nouveau projet plus hallucinant que le précédent. La majorité des véhicules qu’il a construits se retrouvent d’ailleurs dans ses vidéos de Gymkhana.

Cette année, Ken Block a décidé de s’attaquer à la Mustang FoxBody, une plateforme qui a été utilisée de 1977 à 1993. Cette dernière est particulièrement appréciée chez les adeptes de course d’accélération en raison de son empattement court et de son poids léger, ce qui est parfait pour la ligne droite. Néanmoins, ce modèle n’a rien d’une voiture de dérapage contrôlé et c’est peut-être ce qui a motivé Ken Block a opté pour ce modèle dans son nouveau projet.

Hoonifox

Comme à l’habitude, le pilote a choisi une appellation qui s’inspire de sa marque de commerce (Hoonigan). Les premières images sont à couper le souffle et la livrée que Ken Block a choisie est plutôt discrète comparativement à ce qu’on retrouve sur les modèles précédents. Néanmoins, si cette Mustang n’attire pas les regards par son look, ce qui m’étonnerait fortement, elle risque de faire tourner les têtes par sa sonorité. Le seul hic, c’est qu’on ne sait toujours pas se qui va se cacher sous le capot de ce nouveau bolide à la sauce Ken Block. Si les adeptes de la marque s’attendent à un V8, je crois davantage que Ford va en profiter pour mettre en valeur son petit moteur Ecoboost de 4 cylindres de 2.3 litres en l’honneur du moteur similaire qu’on retrouvait dans la Mustang à l’époque. Bref, tout peut arriver encore et rien n’est coulé dans le béton, mais, peu importe ce que Ken Block va choisir, on sait que le projet sera unique en son genre. D’ailleurs, on peut certainement s’attendre à un rouage intégral.

Des projets plus ambitieux et audacieux

À ses débuts dans le Gymkhana, on peut dire que Ken Block s’est fait remarquer assez rapidement. D’ailleurs, à l’époque, on pouvait le voir piloter au volant de sa Subaru Impreza Wrx STI. Néanmoins, il aura fallu peu de temps pour que le pilote s’associe avec Ford ce qui a mené à la création de véhicules pour le moins étrange et très intéressant. On compte plusieurs Fiesta et Focus dans la liste, mais Ken Block en a surpris plus d’un avec la Hoonicorn, une Ford Mustang 1965 à 4 roues motrice et le Hoonitruck. D’ailleurs, ce F-150 de 1977 n’est pas propulsé par un moteur V8, mais bien par un moteur V6 Ecoboost de 3.5 litres spécifiquement développés pour la GT. En y ajoutant quelques friandises, l’équipe de Ken Block a réussi à faire grimper la puissance de ce monstre à plus de 914 chevaux et 702 livres-pied de couple, des chiffres qui ont de quoi éclipser même la majorité des voitures exotiques sur le marché.

Une relation particulière

Lorsque Ken Block a signé son contrat avec Ford ce dernier avait quelques demandes particulières pour le constructeur, dont celle de lui fournir une légendaire RS200 comme véhicule de compagnie. Bref, Ken Block est un sacré personnage, mais c’est aussi l’un des meilleurs pilotes du monde en matière de cascade de dérapage contrôlé et c’est pour cette raison qu’il a participé à la conception du système d’aide au dérapage qu’on retrouvait dans la Ford Focus RS.

Lorsque la Hoonifox sera prête, Ken Block pourra enfin nous présenter son 11e Gymkhana et vu comment les 10 premiers ont monté en intensité à chaque fois, je crois qu’on peut s’attendre à quelque chose de vraiment exceptionnel pour le 11e. Quoi qu’il en soit, il faudra faire preuve de patience, car la crise de la Covid-19 risque fortement de ralentir les projets de Ken Block cette année, comme c’est le cas pour nous tous d’ailleurs.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER

 

Nos autres inventaires de Ford