Ford Ranger Raptor V8

   13 Janvier 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Bien qu’il ne soit question que d’une rumeur pour le moment, tout porte à croire que la prochaine génération du Ford Ranger Raptor sera propulsée par un V8. Ironiquement, c’est aussi ce qu’on entend dire sur le Ford F-150 Raptor. À l’heure actuelle, le Ford Ranger Raptor, qui n’est d’ailleurs pas offert au Canada, est propulsé par un moteur turbodiésel de 4 cylindres de 2.0 litres qui affiche une puissance de 210 chevaux et 369 livres-pied de couple. Ses capacités hors routes sont impressionnantes, mais ses performances sont assez modestes. Ainsi, l’ajout d’un V8 permettrait d’en faire l’une des camionnettes les plus rapides sur le marché.

Toutefois, ne vous attendez pas à retrouver un V8 sous le capot du Ranger Raptor directement à l’usine de Ford puisque le constructeur américain n’a certainement pas l’intention de produire un tel véhicule. En fait, la rumeur veut que le géant de Détroit ait confié le projet à une firme australienne spécialisée dans la modification de véhicule. Ainsi, le Ford Ranger Raptor sortira de l’usine avec son classique moteur diésel et c’est une fois dans l’atelier de ce préparateur officiel que la magie va opérer pour introduire un V8 sous le capot du petit camion. La principale raison pour laquelle Ford n’a pas l’intention d’offrir le Ranger Raptor V8 directement dans son catalogue, c’est parce ses hauts dirigeants croient qu’une telle version aurait du mal à se vendre et qu’elle ne va intéresser qu’une faible partie des acheteurs. Il est vrai que l’actuel Ranger Raptor diésel est déjà très populaire et qu’il bénéficie d’une consommation de carburant très raisonnable comparativement à la majorité de ses rivaux. Ainsi, en confiant le projet à une firme indépendante, Ford n’aura pas à assumer les coûts de développement pour un tel véhicule et le préparateur en question pourra charger davantage que nécessaire pour réaliser un certain profit, car cette modification a été autorisée par le constructeur américain lui-même.

Ford n’a pas encore spécifié de quel V8 il sera question, mais tout porte à croire que c’est le classique V8 de 5.0 litres qu’on retrouve dans l’actuel Mustang GT qui va se retrouver sous le capot du Ranger Raptor. Il ne serait pas impossible que le nouveau V8 de 4.8 litres finisse par le remplacer après un certain temps. D’ailleurs, la rumeur veut que ce V8 de 4.8 litres soit aussi le moteur qu’on retrouve dans la prochaine génération du F-150 Raptor. Néanmoins, d’autres croient que le constructeur américain va faire preuve d’audace en optant pour le gargantuesque V8 de 7.3 litres qu’on retrouve dans le SuperDuty 2020. Disons que cette motorisation offre un potentiel énorme et avec l’ajout d’un compresseur volumétrique ou même de 2 turbocompresseurs, elle pourrait offrir une fiche technique capable de faire rougir celle d’une voiture exotique.

En Australie seulement

Comme vous le savez probablement le Ford Ranger Raptor est pratiquement exclusif au marché australien et nombreux sont les adeptes du modèle qui réclame sa venue ailleurs dans le monde comme c’est le cas au Canada et chez nos voisins du sud. Néanmoins, le fait que Ford ait confié l’ajout du V8 sous le capot de la Rangée à une entreprise australienne ne fait que prouver que cette version très prisée de la camionnette du constructeur américain ne viendra probablement jamais ici. En revanche, il existe des alternatives plutôt intéressantes ici même en Amérique du Nord. Le préparateur Hennessey propose le Ford Ranger VelociRaptor, une version gonflée à bloc du petit camion américain. Bien que cette dernière conserve sa motorisation d’origine, la puissance a été portée à 360 chevaux et 440 livres-pied de couple, ce qui permet à la camionnette du constructeur américain de boucler le 0-100 en seulement 4.9 secondes en plus de compléter le ¼ de mile en 13.9 secondes. Le Ford Ranger VelociRaptor bénéficie également d’une multitude d’améliorations au niveau de la suspension ainsi que d’une mise à jour sur le plan esthétique, ce qui lui donne un caractère plus affirmé. Hennessey propose également une garantie de 3 ans ou 60 000 kilomètres sur ses modifications, ce qui est un lourd avantage.

Toutefois, si ce que vous voulez, c’est véritablement un V8 sous le capot de votre Ford Ranger, il y a quelques entreprises qui se spécialisent en la matière chez nos voisins du sud, mais aucune d’entre elle n’est appuyée par le constructeur américain, ce qui veut dire que ce dernier n’a clairement pas l’intention d’offrir cette version du Ford Ranger chez nous.

Inutile de vous dire que si je fais un tour du côté de l’Australie cette année ou prochainement, c’est un véhicule dont je vais certainement faire l’essai et je vous en promets une révision complète.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER

 

Nos autres inventaires de Ford