GM : 36 homicides involontaires et aucun procès

   07 Décembre 2014 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Vous comprendrez qu’il est difficile de mettre une grosse compagnie comme GM derrière les barreaux pour un crime qui pourrait « techniquement » lui être attribué. Les prisons du Canada sont déjà pleines de toute manière, mais ce n’est pas le point puisqu’il est question d’une personne morale (en droit, une personne morale est une fiction juridique.) Au lieu de payer leur crime en « temps » les compagnies ont cette chance que de pouvoir payer leur crime en argent et notez bien le joli vocabulaire qui s’en suit (indemnisation… ça sonne bien, ça sonne moralement acceptable et c’est tout là le problème de la chose.

Bon, j’ai peut-être commencé cet article de la manière forte, mais c’est pour vous faire réaliser à quel point la situation est grâce. GM reconnait que ses voitures causent la mort d’humain en raison d’une erreur de conception faite par un humain. La seule différence entre un meurtre et le cas de GM, c’est que l’arme du crime est trop complexe pour être identifiée comme telle. D’ailleurs, les compagnies sont d’une manière protégée sans ce genre de situation puisqu’une personne morale ne peut pas aller en prison. Nous en sommes donc venus à la conclusion qu’il fallait indemniser les familles des victimes, ce qui est tout à fait honnête et légitime, mais ça ne vous sonne pas des cloches un instant qu’une compagnie doit « calculer » le coût d’une vie humaine même si dans un sens, elle est obligée de le faire?  

Un résumé de la situation

L’affaire GM a pris une ampleur monstre au cours des derniers mois puisque nous somme passé de quelques cas isolés à plus de 1986 réclamations pour des blessures et 229 réclamations pour décès. GM aurait supposément déjà versé 20 indemnités sur les 57 réclamations qui on été accepté. GM a décidé d’offrir la somme de 1 million de dollars pour dédommager les familles des victimes d’accidents causer par le fameux problème des commutateurs d’allumage puisque plusieurs millions de véhicules ont été rappelés. Néanmoins, le constructeur américain a donné jusqu’au 31 janvier comme date limite pour qu’on lui envoie une demande de réclamation et qu’elle puisse être éligible à une acceptation puisque selon ce dernier, tous les véhicules touché on été identifié et qu’il est maintenant du devoir de leur propriétaire que dans faire effectuer la réparation nécessaire dans une concession GM. Or plusieurs décès ont été causés par ce problème par le passé, mais les enquêtes de l’époque n’ont peut-être pas permis de l’identifier. Bref, si c’est le cas d’un de vos proches, fait vite puisque vous avez jusqu’au 31 janvier. N’est-ce pas horrible?

 

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER