GM s’attaque au réchauffement climatique

   14 Mai 2013 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Le réchauffement climatique, c’est sérieux comme a voulu le montrer GM en se joignant à 39 autres multinationales en signant la « Business for Innovative Climate & Energy Policy (BICEP) ». De gros noms tels que L'Oréal, Adidas, Ebay et même Nestle se sont joints au groupe pour défendre l’environnement de manière sérieuse, mais GM est le premier constructeur automobile à y adhérer et l’industrie de l’automobile est pourtant l’une des plus polluantes de la planète.

En signant la BICEP, GM s’est engagée à respecter certains standards en matière d’émissions polluantes. De plus, le constructeur américain devra réduire sa consommation d’énergie de l’ordre de 20 % d’ici 2020 et 30 $ d’ici 2030. GM n’aura donc pas le choix de moderniser ses usines afin qu’elles exploitent aux maximums toutes formes d’énergie renouvelable. De plus, le défi est d’autant plus grand pour GM, car il ne s’agit pas uniquement d'améliorer ses usines, mais également ses véhicules sur le plan énergétique.

BICEP

La Business for Innovative Climate & Energy Policy fonctionne selon trios principes plutôt simple. D’abord, il faut promouvoir l’utilisation d’énergie renouvelable. Ensuite, les entreprises qui signent la BICEP s’engagent à investir dans les énergies propres. Et finalement, elles doivent supporter des projets en lien avec l’amélioration de l’environnement.

Un objectif réaliste pour GM?

GM a mentionné dans un récent communiqué de presse qu’il serait en mesure de réduire ses dépenses énergétiques de l’ordre de 20 % d’ici 2020, ce qui représentait par l’occasion une économie de plus de 90 millions de dollars américains en énergie. GM en a également profité pour faire mention qu’il est le plus important utilisateur de panneaux solaires dans les constructeurs automobiles d’Amérique du Nord. Selon le même objectif de 2020, l’utilisation de panneaux solaires pourrait représenter une énergie renouvelable de 125 mégawatts.

Émission de CO2

Alors qu’on s’intéresse aux chevaux-vapeurs, aux livres-pied de couple ou à la consommation d’essence, c’est l’émission de CO2 qui à la cote en Europe. C’est pour cette raison que GM a décidé d’investir 40 millions afin de réduire sa consommation de carbone de 8 millions de tonnes. Le constructeur américain arrivera à un tel résultat avec des voitures plus efficaces, mais également avec des usines plus modernes.  

Des sacrifices

L’investissement est colossal pour GM qui, rappelons-le, était au bord du gouffre il n’y a pas si longtemps de cela. Néanmoins, en optant pour des technologies vertes le constructeur américain réduira sa consommation d’énergie et par conséquent ses factures en énergie. À long terme, ça pourrait même devenir économique pour GM d’investir dès maintenant dans la réduction d’émission polluante. Néanmoins, c’est d’abord et avant pour l’environnement que GM a signé le BICEP et le constructeur américain encourage fortement le reste de l’industrie automobile à faire de même.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER