La BMW i3 quitte le Canada

13 Juillet 2021 PAR Jean-Sébastien Poudrier

La BMW I3 a été introduite sur le marché en 2013 et même si son concept est largement différent de celui des autres voitures de la marque, elle a connu un succès impressionnant. L’avantage pour l’i3, c’est qu’elle a grandi dans une marque où l’acharnement des adeptes est particulièrement fort et surtout où les propriétaires ne possèdent rarement qu’une seule voiture. Sans compter qu’elle est électrique et ça, c’est quelque chose qui n’était pas très répandu il y a une dizaine d’années à peine. Bref, la BMW i3 a rapidement séduit son public, mais le marché a fini par évoluer et il semble que le constructeur bavarois soit maintenant prêt à passer à autre chose puisque tout comme c’est le cas pour l’i8, l’i3 sera bientôt totalement retiré du marché et c’est au Canada que ça commence histoire de faire de la place pour la prochaine génération de modèles électrifiés chez BMW.

L’i8 et l’i3 seront remplacées par l’i4 et l’iX, une voiture et un VUS qui se rapprochent davantage des autres modèles de production en termes de design même s’ils ont conservé certains éléments de la famille i de BMW.

La petite citadine par excellence

Avec ses 2 portes et demie, ses 4 places, son format compact et surtout ses possibilités sur le plan mécanique, on peut dire que la BMW i3 s’est vite imposée comme l’une des citadines par excellence. De plus, malgré sa petite taille et le fait qu’elle soit l’une des voitures les plus silencieuses sur le marché, la BMW i3 n’a jamais manqué de se faire remarquer en raison de son design unique. D’ailleurs, c’est l’une des premières voitures en son genre à avoir utilisé majoritairement des matériaux recyclés dans la composition de son habitacle, ce qui la rend encore plus intéressante aux yeux des acheteurs. Enfin, on comprend mieux pourquoi elle a connu un tel succès.

Et puis, il y a l’aspect mécanique, un autre élément avec lequel la BMW i3 s’est forgé une solide réputation. Dans sa dernière livrée, soit cette année, la BMW i3 propose une batterie d’une capacité de 42.2 kWh, ce qui lui fait profiter d’une autonomie moyenne de 246 kilomètres. D’ailleurs, elle est l’une des rares voitures électriques sur le marché qui bénéficie d’une motorisation à essence en guise de générateur, ce qui porte l’autonomie totale à 319 kilomètres grâce à un réservoir de 7.3 litres.

Le meilleur dans tout ça, c’est assurément son prix de base de 44 950$ ce qui rend la BMW I3 2021 éligibles à tous les programmes gouvernementaux de subvention pour l’achat de véhicules électriques. Ici au Québec, on parle d’un total de 13 000$, une somme qu’il n’y a certainement pas lieu de négliger.

Au final, il est certain que si vous vous attardez aux chiffres, vous allez faussement croire que la BMW i3 n’a jamais été très populaire au Canada puisque seulement 169 exemplaires ont trouvé preneur l’an dernier. Néanmoins, il faut comprendre que la petite voiture du constructeur bavarois n’a pas été conçue pour une production de masse, mais plutôt pour ouvrir la porte à l’électrification chez BMW et si on garde ça en tête, je crois qu’on peut dire que c’est mission accomplie pour la petite citadine. Sans oublier le fait qu’elle soit très intéressante en elle-même. Enfin, peu importe ce qu’on en pense, il est maintenant temps de dire au revoir à la BMW i3.

 



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER 

Nos autres inventaires de BMW