La fatigue au volant maintenant dans la mire de la SAAQ

   27 Juillet 2014 PAR Jean-Sébastien Poudrier

La Société de l’Assurance Automobile du Québec vient tout juste de lancer sa nouvelle campagne de publicité en lien avec la fatigue au volant. Ces dernières mettent en scène des scénarios simples, mais efficaces. La SAAQ tient à rappeler que la musique, le café et le fait d’ouvrir les vitres ne changent tout simplement rien et que vous risquez la mort. C’est un peu extrême me direz-vous, mais après l’alcool et la vitesse, la fatigue est la troisième cause de décès sur nos routes et c’est notamment ce qui justifie l’arrivée de telles publicités.

Ce n’est pas un crime

Si le fait de conduire avec des facultés affaiblies est généralement associé à l’alcool, c’est bien parce c’est plus facile pour les policiers d’en mesuré les effets grâce à quelques petits testent. Et puis on vous demande de souffler dans la fameuse « baloune » pour ainsi savoir si vous avez dépassé les limites. C’est simple comme bonjour. Or, lorsqu’il est question de drogue, on peut toujours le sentir ou le confirmer avec un test sanguin, mais les effets directs sur la conduite est nettement plus difficile à déceler. Alors, imaginez seulement le niveau de difficulté pour les policiers que d’évaluer la fatigue d’un conducteur, et ce, sans outils scientifiques. Les conducteurs imprudents qui prennent le volant malgré la fatigue n’ont donc pas droit à une contravention pour se faire avertir du danger. Et comme il n’y a pas d’avertissement, certains prennent encore plus de risque et c’est pourquoi la majorité des accidents impliquant la fatigue au volant sont généralement fatals.

Pourquoi maintenant?

Noël et le jour de l’an sont des périodes festives, ce qui corrobore généralement avec une grande consommation d’alcool et c’est également à ce temps de l’année que la SAAQ lance une nouvelle campagne de publicité sur les conséquences de l’alcool au volant. Le début du printemps est aussi marqué par une campagne de publicité sur la vitesse et la témérité au volant puisque c’est à ce moment que les voitures sportives effectuent leur retour sur la route. Néanmoins, que ce passe-t-il à la fin de l’été pour qu’on en vienne à croire que tous les conducteurs sont fatigués. Eh bien, la fin de l’été et le début de l’automne sont en effet marqués par une vague de fatigue suite aux vacances où les gens en profitent pour faires toutes les tâches qu’ils n’ont pas eux le temps de faire et certaines déprimes du retour au travail et du fait qu’ils vont devoir attendre 11 autres mois avant de pouvoir se reposer à nouveau. Bref, tout ça pour dire que si vous êtes fatigué, évitez donc de conduire.

 

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER