Le palais des congrès se joint au circuit électrique

   27 Janvier 2014 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Le Circuit électrique prend de l’expansion à une vitesse faramineuse, ce qui est une excellente chose considèrant que le marché des véhicules hybrides/électriques a été plutôt faible en 2013. Il ne faut certainement pas en vouloir aux consommateurs qui ne peuvent se permettre une voiture aussi dispendieuse et surtout peu pratique, car les majorités des véhicules de cette catégorie ont une autonomie disons-le assez misérable en mode 100 % électrique pour le moment. Toutefois, je suis de ceux qui achèteront probablement l’une des ses voitures dans les prochaines années, car difficile de le nier, c’est le futur.

Le problème ne réside pas tant dans la voiture électrique elle-même, mais plutôt dans la faiblesse du réseau d’infrastructure, ce qui empêche la voiture électrique d’être pratique et surtout rentable. Néanmoins, avec au moins un nouveau partenaire chaque semaine, le Circuit électrique prend de l’ampleur et ça ne serait pas surprenant de voir le nombre de voitures 100 % électrique littéralement doublé sur les routes du Québec l’an prochain.

Un pas vers l’avant

Le Palais des Congrès de Montréal est le dernier partenaire à s’être joint au circuit électrique, ce qui risque de plaire à bon nombre de ses adeptes. En effet, c’est le genre d’endroit où l’on passe généralement plusieurs heures, ce qui laisse place à un temps de recharge adéquat pour une voiture électrique. Et qui plus a, peut-être que certaines personnes qui ne l’étaient pas seront désormais attirées vers le Palais des Congrès pour son pouce vert. Qui plus est, le Palais des Congrès est également l’hôte du Salon de l’automobile de Montréal chaque année, qui renforce l’image d’un Québec plus vert.

Le Circuit électrique

Tout comme l’expression « Rome ne s’est pas construit en un jour », le Circuit électrique a encore du chemin à faire avant d’être influent. Néanmoins, déjà à l’état embryonnaire le projet montre un succès certain. Le Circuit électrique propose des bornes de recharge de 240 et 400 volts. Les rôtisseries Saint-Hubert, Rona, AMT et les épiceries Métro ont été les premiers à se joindre au circuit électrique qui compte aujourd’hui plus d’une cinquantaine de membres. Notons que le projet a été lancé il y a bientôt 2 ans.

Si la voiture électrique n’est pour l’instant qu’un phénomène, je reste persuadé qu’elle a sa place sur le marché et qu’un jour, nous compterons autant de voitures électriques que de voitures à essence sur la route.

 

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER