Le Salon de l'automobile de Francfort déplacé?

   10 Février 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Si le salon de l’automobile de l’automobile était le rendez-vous par excellence des adeptes, des acheteurs et des curieux autrefois, aujourd’hui, il semble que ça ne soit plus trop le cas. En effet, plusieurs évènements du genre ont changé leur formule ou leur date et malgré tout, les visiteurs sont de moins en moins nombreux et certains constructeurs automobiles ont même décidé de se retirer de la fête, car ils n’y voient là plus aucun intérêt. C’est la triste réalité que vivent la majorité des salons de l’automobile, même les plus grands. Ce n’est donc pas étonnant qu’un salon d’envergure comme celui de Francfort, qui aura normalement dû avoir lieu l’an prochain, ait tout simplement décidé de fermer boutique.

Si vous n’êtes pas familier avec l’univers des grands salons de l’automobile d’envergure, le Salon de Francfort a lieu une fois tous les 2 ans, soit les années impaires en alternance avec le Salon de l’automobile de Paris qui lui, a lieu une fois tous les 2 ans, mais les années paires. Or, il semble que les habitués du Salon de l’automobile de Francfort devront se déplacer ailleurs pour 2021 puisque ce dernier n’aura pas lieu. Enfin, il n’aura pas lieu à Francfort puisque le comité d’organisation a décidé de déplacer l’évènement. Toutefois, on ne connait pas encore sa destination finale, mais on sait que les villes de Munich, Hambourg et Berlin sont les 3 villes qui sont considérées à l’heure actuelle.

Un changement de direction

Francfort n’est pas la seule ville lourdement affectée par le manque de visiteur à son salon de l’automobile. D’ailleurs, certains croient que dans un avenir proche il n’y aura plus du tout de salon de l’automobile ou presque. Enfin, ce qui va en rester va plutôt ressembler à une exposition d’automobiles avec des activités associées.

Les salons de l’automobile tels qu’on le connait sont sur le point de changer radicalement et c’est un cercle vicieux qu’on ne peut tout simplement pas arrêter. D’abord, si on va au salon de l’automobile, c’est pour voir, toucher, s’asseoir dans les véhicules. Ensuite, on aime beaucoup discuter avec les représentants des différentes marques, surtout lorsqu’on est un journaliste automobile, car ces derniers ont toujours une foule de choses à nous apprendre. Néanmoins, entre la journée des médias et une journée régulière, il y a de grandes différences. D’abord, nous les médias, nous avons un accès plus exclusif aux véhicules alors que dans les journées régulières, certains véhicules ont des barrières autour d’eux et il y en a plusieurs de verrouiller, une pratique expliquée par le fait que certaines personnes endommagent les véhicules et d’autres vont même jusqu’à voler des éléments à l’intérieur de ce dernier et on ne parle pas que d’enfant ici. Ainsi, on doit se limiter à un contact visuel avec certains de nos bolides préférés et c’est un peu ce qui fait en sorte qu’on évite d’aller au salon de l’automobile maintenant.

Le web a aussi joué un rôle majeur dans le déclin des salons de l’automobile puisqu’on a droit à une explication complète de certains véhicules sur YouTube, et ce, en quelques minutes bien souvent. D’ailleurs, certains vidéos sont si bien édités et leur contenu est si complet qu’on en apprendre davantage que si on s’était assis dans le véhicule au Salon de l’auto. Ainsi, lorsqu’on s’intéresse à un modèle, on apprend tout ce qu’on veut à son sujet en quelques clics.

Les concessionnaires se multiplient

Le dernier aspect qui affecte grandement l’industrie des salons de l’automobile à mon avis, c’est la multiplication des concessionnaires. Avant, si vous vouliez vous assoir dans une BMW, vous deviez porter un complet Hugo Boss et au moins conduire une voiture équivalente. De plus, encore fallait-il qu’un concessionnaire BMW soit à proximité. Aujourd’hui, la majorité des grands centres urbains compte plusieurs concessions BMW qui sont toutes en compétitions les unes avec les autres. Ainsi, les concessionnaires vont jusqu’à vous prêter une voiture pendant 24 heures avec l’espoir de vous la vendre avant leur rival. Ça, c’est une réalité que vivent la majorité des concessionnaires, mais c’est aussi ce qui permet aux consommateurs d’essayer des voitures qu’ils n’auraient pas même pu conduire avant de les avoir payés il y a 15 ou 20 ans seulement. Il est certain que certaines grandes marques comme Ferrari et Lamborghini ne vont pas vous laisser partir avec une voiture à moins de bien vous connaître, mais ces marques sont si réputées qu’elles n’ont pas vraiment besoin des salons de l’automobile pour survivre et c’est pour cette raison que se sont les premiers à se retirer du spectacle et ironique, certaines personnes se déplacent uniquement pour ce genre de voiture.

Si vous voulez mon avis, certains grands salons de l’automobile vont trouver le moyen de s’adapter, mais l’avenir de ce genre d’évènement se passe sur le web. Ne soyez pas surpris si un salon de l’automobile entièrement virtuel se dévoile d’ici quelques années. Imaginez-vous simplement avoir accès à toutes les voitures du monde à partir de votre salon grâce à un casque de réalité virtuelle.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER