Mahindra Roxor : FCA gagne sa cause aux États-Unis

   08 Juillet 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

On peut dire que les adeptes de conduites hors route sont particulièrement gâtés en Amérique du Nord puisque le marché regorge d’options allant de véhicules homologués pour la route aux VTT les plus extrêmes qui soient. Néanmoins, depuis 2018, il y a un nouveau joueur sur le marché, soit le Mahindra Roxor. Ironiquement, ce dernier n’est pas homologué pour la route et il n’est pas encore admis dans les sentiers fédéré, ce qui limite considérablement son utilisation, mais ce n’est pas ce qui l’empêche d’être très populaire et ça, c’est un problème pour FCA. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais le Roxor ressemble drôlement à un Jeep Wrangler de vieille génération, ce qui n’est pas le fruit du hasard, mais c’est quelque chose qui dérange le constructeur américain.

Pour bien comprendre d’où vient cette ressemblance, il faut remonter jusqu’en 1947 puisqu’à cette époque, Mahindra possédait la licence du Jeep Willys, ce qui lui permettait de produire des véhicules militaires pour l’Inde, son pays d’origine. Malgré les apparences, Mahindra a toujours défendu le design de son Roxor en mentionnant que ce dernier ne bénéficiait que de 5 barres dans sa calandre contre 7 pour le Jeep Wrangler, une signature esthétique que le constructeur américain défend religieusement. Toutefois, le constructeur indien a décidé de mettre de l’eau dans son vin pour 2020 puisque le Roxor bénéficie d’une nouvelle face avant où la classique calandre à 5 barres a finalement été abandonnée. Toutefois, il semble que ça ne soit pas suffisant puisque le groupe FCA n’a pas retiré ses poursuites contre le constructeur indien.

FCA

De son côté, la demande de FCA est assez claire et radicale, on souhaite l’interdiction complète de la vente du Roxor en Amérique du Nord et il semble que l’appel du groupe américain ait été entendu puisque la Comission du commerce international américaine a en effet ordonné à Mahindra de cesser la vente du Roxor.

FCA reproche 2 choses à Mahindra à commencer par le fait que le Roxor pourrait nuire à l’image de son Jeep Wrangler en raison de leur grande ressemblance. L’autre argument du constructeur américain, c’est tout simplement que Mahindra profite de l’engouement qui entoure le Jeep Wrangler pour séduire de nouveaux acheteurs sans même avoir besoin de faire de la publicité.

Un retour à la table à dessin

Dans les faits, le Mahindra Roxor et le Jeep Wrangler sont des véhicules assez différents sur le plan technologie. Par exemple, du côté du constructeur indien, on a droit à une suspension à lames aux 4 roues, un petit moteur diésel de 4 cylindres de 2.5 litres qui affiche une puissance de 62 chevaux et 144 livres-pied de couple ainsi qu’une instrumentation très rudimentaire. Le seul hic, c’est que le Mahindra Roxor reste nettement plus abordable que le Jeep Wrangler dans sa forme de base et il existe des dizaines d’accessoires qui peuvent faire grimper la facture à prêt de 100 000$ si on est créatif. Bref, on comprend pour les dirigeants de FCA y voit là une menace puisque ce genre de véhicule peut lui voler d’importantes parts de marché à plusieurs niveaux.

Pour l’instant, le Roxor a dû être retiré du marché, mais la vente de ce dernier pourra être autorisée à nouveau une fois que le constructeur indien aura procédé à des changements esthétiques majeurs sur son véhicule. Si vous voulez mon avis, Mahindra va en ressortir gagnant dans tous les cas puisque la polémique entourant cette histoire a déjà fait couler beaucoup d’encre et même si le prochain Roxor est totalement différent, l’héritage du modèle précédant sur le plan social aura été si fort que les gens vont s’intéresser quand même au modèle.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER