Pagani dit non à l’électrification

22 Juillet 2022 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Je vais peut-être me faire critiquer pour ce que je vais dire, mais contrairement à plusieurs, je crois que l’électrification des véhicules est loin d’être une priorité et qu’il s’agit davantage d’une question politique que d’un argument environnement. Comprenez-moi bien, je ne suis pas contre le fait de trouver des solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, bien au contraire. Toutefois, la fabrication d’un véhicule électrique nécessite des matériaux dont l’extraction est particulièrement polluante. Bref, je vous évite mon discours complet, mais cette précision était importante.

 

Maintenant, pour ce qui est de Pagani, le constructeur italien voit un peu les choses du même œil. De plus. On ne parle pas d’un constructeur de masse ou d’un constructeur émergeant ici. Pagani s’est forgé une solide réputation avec les années et il n’a pas besoin d’entrée dans la tendance des véhicules électriques pour se démarquer des autres. Bien entendu, cela n’empêche pas le constructeur italien de travailler sur le développement de technologies électrifiées et même sur un véhicule 100% électrique, car il y a définitivement une clientèle pour ce type de bolide et Pagani serait fou de ne pas le considérer. Après tout, la marque reste une entreprise qui veut faire du profit.

 

Toutefois, les adeptes de Pagani sont aussi adeptes des produits actuels et passés qui sont propulsés par n’énormes moteurs V12. Bref, tout ça pour dire qu’on ne peut pas s’imaginer une Pagani autrement et c’est pourquoi le constructeur italien souhaite continuer à vendre ce genre de voiture malgré la vague massive d’électrification que subie actuellement l’industrie de l’automobile.

 

Revenir sur sa parole?

 

Il y a quelques semaines, le constructeur automobile a mentionné, lors d’une entrevue, ne plus vouloir continuer à développer des véhicules électriques après 4 années de recherches. Toutefois, la marque s’est vite rattrapée en disant qu’elle ne jette pas tout à la poubelle et qu’elle voit « une opportunité » dans le développement d’une voiture électrique.

 

Ce qu’il faut comprendre, c’est que selon Pagani, « les technologies actuelles ne permettent pas de concevoir une voiture qui serait à l’image de la marque. »

 

L’une des caractéristiques qui représentent la marque, c’est la légèreté de ses voitures. Or, on sait que les batteries qui alimentent les véhicules 100% électriques sont incroyablement lourdes et que même si ce poids est compensé par une puissance énorme, le comportement de la voiture est aussi lourdement impacté. C’est quelque chose qui peut sembler banal sur un véhicule grand public, mais lorsqu’on parle d’une sportive exotique comme la Huayra, c’est un détail qui fait toute la différence pour les acheteurs. L’expérience de conduite ne serait clairement pas la même et c’est ici que Pagani a un problème à mon avis. Pagani a mentionné que le véhicule électrique idéal ne devrait pas peser plus de « 1300 kilogrammes, ce qui est impossible. »

 

Sans compter que la motorisation actuelle fait aussi partie intégrante de l’expérience globale d’une voiture Pagani entre les bruits mécaniques, la note ultime du V12 et le sifflement des turbocompresseurs qui sont très dominent. Bref, c’est quelque chose qu’on ne peut tout simplement pas reproduire à l’intérieur d’une voiture électrique.

 

Finalement, il faut comprendre que la production future de la marque est déjà vendue d’avance. En fait, même toutes les allocations des modèles qui n’ont pas encore été dévoilés ont déjà tous étés vendus. Bref, tout ça pour dire que Pagani n’a pas besoin de passer à l’électrification dans l’immédiat, mais il est clair que dès que le constructeur italien sera en position de le faire, il le fera.

 

 



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER