Pénurie de semi-conducteurs : un retour à l’âge de pierre de l’automobile?

25 Novembre 2021 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Difficile de croire qu’il y a 2 ans à peine, les cours des concessionnaires étaient pleines et ces derniers devaient vous offrir de gros rabais pour vous encourager à acheter maintenant. Aujourd’hui, la situation est totalement inverse. Les cours des concessionnaires n’ont jamais été aussi vides et la majorité des acheteurs sont prêts à débourser plus que ce qu’il en coûtait pour un véhicule neuf sur le marché des véhicules d’occasion. Tout ça n’a aucun sens, mais c’est pourtant la réalité actuelle et l’une des principales raisons pour lesquelles les constructeurs automobiles ne sont plus en mesure de répondre à la demande, c’est la pénurie de puces électroniques.

 

Ces puces qu’on appelle aussi semi-conducteurs peuvent servir à une foule de choses notamment à activité la fonction tactile d’un écran ou contrôler la fonction des sièges chauffants pour un véhicule. Je sais, ça paraît étrange de savoir qu’on peut sacrifier de telles options, mais il faut comprendre qu’on parle de dizaines de milliers de véhicules et que le simple fait d’éliminer une puce fait toute la différence. De plus, les constructeurs automobiles se sont assuré que les puces manquantes pourraient être installées plus tard au besoin.

 

Besoins réels et marketing

 

Le plus ironique dans tout ça, c’est le fait que les constructeurs automobiles ne semblent pas avoir de problème à vendre des véhicules sans toutes les options disponibles. C’est ce qui nous amène à penser que le marché de l’automobile a peut-être évolué trop rapidement ces dernières années et qu’au fond, les gens ne demandent qu’un simple moyen de transport avec quelques caractéristiques. Oui, c’est plaisant d’avoir des sièges massants, des écrans tactiles et tous les gadgets inimaginables, mais est-ce là nécessaire? À mon avis, si tous les véhicules actuellement disponibles sur le marché offraient moins d’équipement et coûtaient moins cher, ils seraient encore plus populaires qu’à l’heure actuelle.

 

Le marché et les tendances veulent nous faire croire qu’il nous faut des sièges en cuir, un écran plus grand que celui de la télévision de nos grands-parents, des technologies de divertissement de pointes et j’en passe. Je ne peux constater en tant que journaliste automobile que les véhicules modernes n’ont jamais été aussi loin qu’à l’heure actuelle du concept original de l’automobile qui est de pouvoir se déplacer du point A au point B de manière autonome ou tout simplement de conduire pour le plaisir de conduire. Aujourd’hui, la majorité des véhicules sont des ordinateurs, des centres de divertissements et des salons de luxe qui misent sur le confort et la quiétude. Ce n’est pas étonnant qu’une camionnette moindrement équipée coûte près de 100 000$. Pour vous donner une idée de la chose, mon père à payer moins que ça pour sa maison dans les années 90. Dit comme ça, c’est presque ridicule et oui, il faut considérer l’inflation dans tout ça, mais le prix des véhicules grand public reste trop élevé par rapport au salaire moyen à mon avis. Je ne suis pas devin, mais je crois sincèrement que l’industrie de l’automobile va subir une importante mise à jour dans les années à venir.

 

 



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER