Québec et Calgary : les salons de l’auto annulés

   19 Octobre 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Décidément, la Covid-19 n’a pas fini de faire des victimes dans le créneau automobile et ce sont maintenant le salon de l’automobile de Québec et le salon de l’automobile de Calgary qui subissent la conséquence de la pandémie. Contrairement aux prochains salons de l’auto de Montréal et celui de Toronto qui se dérouleront sous forme virtuelle, les salons de l’auto de Québec et de Calgary, eux, n’auront tout simplement pas lieu pour 2021 comme annoncé par les dirigeants respectifs de ces évènements il y a quelques jours. C’est un bien triste nouveau pour les adeptes d’automobiles ou les curieux qui visitent ces salons de l’automobile chaque année, mais il semble que l’effet de crise de la Covid-19 se prolonge bien plus loin qu’on aurait pu se l’imaginer lorsque tout a éclaté en mars dernier. Quoi qu’il en soit, difficile de dire où nous en serons en 2021 avec le confinement, mais la situation actuelle est si radicale qu’elle oblige tout rassemblement majeur, ce qui inclut bien évidemment les évènements de masse comme les salons de l’automobile, à revoir leur organisation.   Si la nouvelle d’aujourd’hui n’est pas une surprise, elle n’en reste pas moins décevante pour les adeptes de ces grands salons de l’automobile et c’est ce qui nous amène à croire que la formule telle qu’on a pu la connaître dans les dernières années est probablement amenée à disparaitre. Avant même que la Covid-19 ne frappe, plusieurs manufacturiers automobiles avaient annoncé leur retrait des grands salons de l’automobile en raison des coûts stratosphériques associés à ce genre d’évènements et surtout aux faibles retombées économiques. Disons simplement que la crise de la Covid-19 n’a fait qu’accélérer un processus qui était déjà en branle. La réalité virtuelle Pour être honnête avec vous, je crois que les salons de l’automobile ont perdu leur magie et ce qui en faisait des évènements si spéciaux. Il y a 20 ou même 10 ans seulement, c’était l’un des seuls endroits où on pouvait apercevoir une Lamborghini ou une Ferrari. Les voitures les plus légendaires du monde étaient comme des bêtes de foire. La culture automobile a beaucoup évolué aujourd’hui et c’est en discutant avec des propriétaires de voitures exotiques que je l’ai compris. D’abord, ces derniers ne sont plus aussi gênés qu’avant d’afficher leur bolide en public et c’est même devenu une tradition de le faire dans certains cas. Afficher une Koenigsegg ou une Bugatti dans un salon de l’automobile ne sert pas à grand-chose pour les marques. En fait, ces derniers offrent plutôt une formation à leurs clients pour que ces derniers deviennent en quelque sorte des ambassadeurs et entre vous et moi, il n’y a rien comme un propriétaire passionné pour vous donne envie d’acheter une voiture. Les grandes marques ont changé leurs approches et elles savent éperdument que la majorité des propriétaires de voitures exotiques aiment s’afficher sur les réseaux sociaux, ce qui est nettement plus profitable pour eux que d’installer une voiture dans un salon de l’automobile parmi tant d’autres bolides et des centaines de milliers de visiteurs qui sont plus ou moins intéressés. Enfin, il y a tellement de choses à voir qu’une Bugatti devient une attraction parmi tant d’autres et c’est exactement le contraire ce qu’on veut avec ce genre de voiture. Lorsqu’on est seul à seul avec un propriétaire et sa voiture, je peux vous dire que l’influence qu’on reçoit de la marque est tellement différente et qu’elle s’imprègne en vous au point que si vous êtes assez fortuné ou que si vous remportez un montant assez élevé à la loterie, la première chose que vous allez vouloir, c’est la même voiture et surtout la même expérience de livraison qui accompagne le tout. Pour ce qui est des marques destinées au grand public comme Ford, Honda ou même Audi, il est clair que le web offre de nombreux avantages pour les acheteurs. La majorité des voitures dans les salons de l’automobile sont verrouillées lors de l’ouverture au public pour des raisons évidentes. Ainsi, le web permet un contact rapprocher avec votre futur véhicule et vous permet au moins de réduire votre recherche à quelques modèles que vous pouvez voir et essayer dans votre concession locale. Ainsi, au final, même si j’adore arpenter les différents kiosques des salons de l’automobile, je crois que ces genres d’évènements dans leurs formes actuelles sont amenés à disparaître.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER