Stellantis : pas de changement pour le moment

   02 Février 2021 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Malgré les rumeurs qui circulent sur le sujet, Stellantis annonce qu’il n’y aura pas de coupure à travers les nombreuses marques qu’elle propose contrairement à ce que voulait la croyance populaire. Il faut savoir que certaines marques ne performances pas très bien, et ce, autant du côté de PSA que de FCA. Si je vous parle notamment de Chrysler, Alfa Romeo et Maserati où les ventes ne sont clairement pas au rendez-vous, l’annonce d’une retraite anticipée n’aurait pas été surprenante, mais il semble que le groupe voit encore du potentiel dans chacune de ses divisions. Néanmoins, ça ne signifie pas pour autant qu’il n’y aura pas d’important changement au sein de chaque groupe dans les mois et les années à venir.

L’entente initiale prévoyait que Stellantis ne soit qu’une raison sociale, une affaire administrative et un nom qu’on ne retrouve pratiquement nulle part sur les documents officiels autant chez PSA que FCA. Toutefois, le nouveau groupe semble prendre plus de place que prévu. Il faut comprendre que les 2 groupes veulent leur part du gâteau au sein de l’équipe de gestion du super groupe, ce qui a eu pour effet de créer un tout nouveau graphique bureaucratique plus imposant et même effrayant que jamais. En tout et partout, il y aura 9 comités de gouvernance, mais le plus important, c’est de savoir que c’est Carlos Tavares qui sera à la tête du groupe Stellantis. Ce dernier était à la tête du groupe PSA depuis 2014. Néanmoins, c’est Mike Manley qui dirigera les opérations de Stellantis de ce côté-ci de l’Atlantique, lui qui était déjà dirigeant du groupe FCA depuis juillet 2018.

Comme vous le savez probablement, l’union entre PSA et FCA est désormais officiels et complètent depuis le 16 janvier dernier et comme c’est le cas lors d’union de ce genre on s’attend à de grands changements, mais les dirigeants de chaque groupe respectifs doivent néanmoins rester prudents, car le fait d’éliminer une division ou d’amener un nouveau produit sur le territoire nord-américain pourrait avoir des effets négatifs sur les autres marques et ce n’est clairement pas quelque chose que le groupe veut, surtout avec des divisions aussi prolifiques que RAM et Jeep.

À l’aube d’une nouvelle ère

Il est clair que l’arrivée de Stellantis va avoir un impact sur les divisions nord-américaines du groupe à moyen terme, car Dodge utilise de vieilles plateformes et la majorité des motorisations qu’on propose chez ce dernier, RAM, Chrysler et Jeep sont vieillissante. Jeep a déjà un bon bout de chemin de fait avec la venue des versions 4xe et l’utilisation du moteur turbocompressé de 2.0 litres d’Alfa Romeo. Néanmoins, tout ce qui s’appelle Hemi et Pentastar a clairement besoin d’une mise à jour et selon Dodge, les jours du moteur Hellcat seraient comptés, car ce dernier ne répondra bientôt plus à aucune norme en matière d’émission de gaz à effet de serre. Difficile de dire comment cette transition vers des nouveautés va s’effectuer, mais chose certaines, la gamme FCA telle qu’on la connait aujourd’hui est sur le point de changer radicalement, et ce, qu’on le veuille ou non.



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER