Tesla embauche une pirate informatique

20 Février 2014 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Combattre le feu par le feu, telle est la devise de Tesla qui vient tout juste de recruter l’une des pirates informatiques les plus célèbres du monde afin d’améliorer la sécurité de ses systèmes. Aussi ironique que ça puisse sembler, cette solution est efficace. Il faut également comprendre qu’un pirate informatique n’a rien d’un pirate classique. Il s’agit tout simplement d’un esprit très logique capable de doubler la majorité, voir la totalité des défenses virtuelles.  

Kristin Paget n’est pas étrangère au milieu de l’automobile puisqu’elle travaille depuis des années à renforcer les systèmes de sécurité des Model S. Néanmoins, le constructeur californien espère améliorer davantage la sécurité de tous ses modèles maintenant que Paget travail directement pour lui. Cette pratique que d’engager des pirates informatiques est de plus en plus populaire dans les grandes entreprises à tel point qu’il sera bientôt essentiel pour la majorité des dirigeants de considérer la chose.

Un C.V. impressionnant

Kristin Paget est un pirate connu du milieu de l’internet, car selon plusieurs médias sociaux sur le web, elle aurait déjà travaillé pour Appel et même Microsoft, les deux plus grandes entreprises dans le domaine informatique. Néanmoins, les virus que combattait Paget pour les géants de l’industrie informatique sont loin d’être aussi dangereux que ceux qui s’attaqueront à l’automobile.

La voiture intelligente ne sera pas sans danger

Si autrefois avoir de la technologie dans sa voiture signifiait profiter d’un lecteur cd et de l’air conditionné, certaines voitures aujourd’hui sont si intelligentes qu’elles peuvent se conduire toutes seules. Et le problème est évident puisque cette « autonomie » laisse place à des manipulations extérieures et si les pirates informatiques arrivent à percer les systèmes n’importe quel ordinateur, ils arriveront certainement à contrôler ou faire faire de vilaines choses aux voitures dotées de systèmes « autonomes » qu’il s’agit d’une conduite 100 % autonome ou de simple système d’évidemment de collision. Après tout, l’ordinateur d’une voiture comme celui dans votre bureau est un ensemble de programmation. La seule différence, c’est que les voitures n’avaient pas de connexion internet où de porte d’entrée à distance pour les pirates si vous préférez.

Imaginez seulement qu’un pirate implante un virus dans le système d’anticollision d’une voiture pour que cette dernière dérape littéralement. Les conséquences pourraient être tragiques, voir mortelle. La sécurité informatique devient donc essentielle, car elle touche à la sécurité des passagers d’une voiture et un virus informatique implanté dans le système d’une voiture pourrait bien devenir une cause de mortalité directe.

 



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER