Tesla Roadster : le 0-100 en 1.1 seconde

   20 Juillet 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Tesla est fortement critiqué pour son modèle d’affaires et je ne vous parle même pas des nombreux problèmes de ses voitures dans les premiers 90 jours de possessions, car le constructeur est au pire rang à ce niveau pour 2020. Sans compter qu’il aura fallu de nombreuses années à Tesla avant de même générer des profits. Toutefois, je crois qu’on peut tous s’accorder sur le fait qu’Elon Musk, le fondateur de la marque est assurément un visionnaire et un rêveur et contrairement à la majorité d’entre nous, il a les moyens nécessaires pour arriver à ses fins.

La nouvelle génération de Tesla Roadster a été dévoilée en 2017, ce qui remonte déjà à quelques années, mais même à l’époque Elon Musk nous avait promis un 0-100 km/h en moins de 2.0 secondes, un 0-100 mph (160 km/h) en moins de 4.2 secondes et une vitesse de pointe de plus de 400 km/h, des chiffres qui permettent à la Tesla Roadster de se classer dans la catégorie des Hypercars. Bref, comme si ce n’était pas déjà assez impressionnant, il semble que Tesla se soit en fait ravisé quant à certains de ces chiffres et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a de quoi en aviser les autorités américaines, car ce genre de technologie ne provient clairement pas de notre planète.

SpaceX Package

C’est grâce à ce que Tesla appelle le SpaceX Package que la nouvelle Tesla Roadster serait capable de boucler le 0-100 en moins de 1.1 seconde, ce qui est aussi ridicule qu’impressionnant. Pour arriver à une telle performance, le constructeur américain n’utilise pas uniquement l’électricité cette fois-ci, car aucun pneu de rue ne permet de créer une telle performance, car il serait tout simplement impossible de bénéficier d’assez d’adhérence de la part de ces derniers. Bref, ce que Tesla utilise ici, c’est un second système de propulsion qui fonctionne à l’aide d’un gaz dont le réservoir se trouve tout juste derrière la plaque d’immatriculation. Voyez un peu la chose comme le fameux NOS qu’on utilise dans les voitures d’accélération, mais pour voiture électrique, sauf que cette fois-ci, la propulsion agit plutôt comme une turbine d’avion de chasse.

Inutile de vous dire qu’on ne sait que très peu de choses au sujet de cette technologie qui provient assurément du projet SpaceX, une autre entreprise grâce à laquelle Elon Musk a fait fortune et ironiquement, où il a failli tout perdre. Bref, le constructeur américain devrait nous donner davantage de détail lorsque la voiture arrivera sur le marché et il y a fort à parier que nombreux sont les acheteurs qui vont opter pour cet ensemble qui défit toutes les lois de la gravité. D’ailleurs, on se demande même s’il sera l’égal d’utiliser un tel dispositif sur la route. Je ne suis pas expert en physique, mais je peux vous dire que certaines voitures de course demandent un haut niveau d’entrainement en raison de la force G qu’elles génèrent au décollage, ce qui peut littéralement vous faire perdre connaissance si vous n’y êtes pas habitué. De plus, le fait d’être capable de faire le 0-100 en 1.1 seconde c’est une chose, mais qu’en est-il avec l’arrêt? La Tesla Roadster aura-t-elle droit à de plus gros freins ou même d’autres systèmes de freinage plus sophistiqué. Quoi qu’il en soit, j’espère être un jour en mesure de mettre à l’épreuve ce système sur une piste.

Le modèle original

Si on reconnait aujourd’hui Tesla pour des voitures telles que la Model S et la Model 3, il ne faut pas oublier que c’est grâce à sa Roadster que le constructeur américain s’est fait remarquer sur la scène internationale. À l’époque, la Roadster était loin d’être une fabrication maison puisqu’il s’agissait essentiellement d’une Lotus Elise lourdement modifié. J’ai la chance d’être passager dans une de ces voitures lors d’un évènement privé et je peux vous dire que la poussée d’accélération est incomparable à quoi que ce soit et pourtant, il fallait 3.7 secondes à la première Roadster pour atteindre le 0-100 km/h.

La Roadster est la voiture qui a donné son élan à la marque pour devenir celle qu’elle est aujourd’hui et je respecte le fait que le constructeur américain lui rende hommage dans une réincarnation qui s’avèrera être l’une des voitures les plus rapides et extrêmes du monde.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER

 

Nos autres inventaires de Tesla