Toyota ne croit pas dans un avenir 100% électrique

31 Octobre 2021 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Lorsqu’on pense à Toyota, l’une des premières voitures qui nous viennent en tête, c’est la Prius ou encore le tout nouveau Rav4 Prime qui est sacrément populaire. Pour cette raison, on a tendance à croire que le constructeur japonais est un ambassadeur de la voiture électrique, mais c’est loin d’être le cas. Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, le constructeur japonais ne propose aucun véhicule 100% électrique dans sa gamme nord-américaine.

 

Oui, Toyota a investi de grosses sommes pour la construction d’une usine en Amérique du Nord et le concept bZ4X approche de la production à grands pas, mais cela n’empêche pas le constructeur japonais de se montrer prudent face à l’électrification des véhicules. Toyota semblerait davantage en faveur d’une variété mécanique et c’est tout à fait logique lorsqu’on y pense.

 

Un rêve loin de la réalité

 

Si vous êtes un adepte de véhicule électrique, vous rêvez surement de voir les véhicules électriques dominer les ventes un jour, mais je suis de ceux et celles qui croient que ça n’a que très peu de chance d’arriver. Enfin, je ne suis pas en train de dire que c’est impossible, mais il faut comprendre que dans la situation actuelle et avec les moyens et les technologies du moment, il serait impossible de remplacer tous les véhicules à essence par des véhicules électriques. D’abord, il faudrait être en mesure d’extraire suffisamment de matériaux pour arriver à produire assez de batteries. Ensuite, il y a le problème des infrastructures puisque les réseaux du monde entier sont loin d’être aussi développés que celui du Québec.

 

Comme vous le savez probablement, construire une voiture électrique est nettement moins écologique que de la conduire et encore, ça dépend de quelle façon est produite l’électricité qu’utilise votre véhicule. Sans parler de son processus de recyclage en fin de vie.

 

Une plus grande diversité

 

Ce que Toyota prône, c’est une plus grande diversité des motorisations. La voiture électrique est loin d’être la seule solution possible. En effet, il y a aussi les voitures à hydrogène, une technologie dans laquelle Toyota a investi de grosses sommes en matière de développement.

 

Selon Toyota, les technologies hybrides et hybrides rechargeables sont de meilleures options à courts et moyens termes puisqu’elles permettent de réduire considérablement la consommation moyenne des modèles qui en sont équipés. De plus, on parle de batterie nettement moins volumineuse qu’avec les véhicules 100% électriques ce qui veut dire qu’on peut fabriquer davantage de véhicules avec la même qualité de matériaux.

 

Pour ma part, je crois qu’un passage trop rapide à la voiture 100% électrique serait trop radical. Je connais beaucoup d’adeptes de voitures électriques et l’adaptation à ce type de motorisation est loin d’être aussi difficile qu’on peut le croire. En revanche, imaginez que tout le monde doive apprendre à vivre avec une voiture électrique demain, car même on si s’est fixé des objectifs de ce genre pour 2035 et 2030 ces dates vont arriver très rapidement.

 

Il y a aussi une autre solution dont on parle très peu puisqu’elle implique les voitures à essence telle qu’on les connaît. Enfin, dans cette histoire, ce n’est pas les véhicules qu’il faut remplacer, mais le carburant qui les propulse et c’est tout à fait logique. Le moteur thermique est loin d’être au meilleur de sa capacité et il existe désormais des carburants biologiques qui pourraient remplacer l’essence conventionnelle. Porsche et Bentley sont très avancés dans le développement d’un tel carburant et ce n’est qu’une question de temps avant que d’autres constructeurs ne s’y projettent eux aussi.

 

Ainsi, même si je crois que les voitures 100% électriques ont une place sur le marché, tout comme Toyota, je crois davantage à une diversification des options mécanique, et ce, même pour le long terme.

 

 



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER