Toyota : une Prius à pile combustible en 2025

05 Octobre 2021 PAR Jean-Sébastien Poudrier

C’est en décembre 1997 qu’a débuté la production de la Toyota Prius et même si cette dernière a été victime de nombreuses moqueries et de fortes critiques de la part des journalistes automobiles, on peut dire qu’elle a traversé l’épreuve du temps avec brio. Aujourd’hui la Toyota Prius est devenue un véritable classique et même une icône. C’est une voiture qui va se retrouver dans de nombreux livres d’histoire, car elle a marqué notre époque dans l’industrie de l’automobile, mais le plus important, c’est le fait qu’elle soit encore là et qu’elle ait permis à toute une génération de voiture hybride de gagner en popularité. Ainsi, qu’on l’aime ou non, on ne peut absolument pas nier le fait que la Toyota Prius est la voiture qui accompagne la définition de véhicule hybride dans le dictionnaire.

 

Maintenant, en ce qui concerne la nouvelle du jour, nous savons que Toyota tente désespérément de popularité l’hydrogène ou ce qu’on appelle les voitures à pile combustible. Toutefois, cette forme d’énergie n’est que très peu connue et il est clair que le fait d’être associé à une voiture de la réputation et du calibre de la Toyota Prius aurait un effet positif sur sa popularité. Bref, c’est pourquoi Toyota vient d’annoncer qu’il y aura une Prius à hydrogène en 2025.

 

Comment ça fonctionne?

 

Je vais vous épargner tout le charabia scientifique derrière tout ça, mais en gros, dans ce qu’on appelle une pile à combustible, l’hydrogène sert à créer de l’électricité sur demande, ce qui permet d’alimenter un moteur électrique. L’avantage d’un tel système, c’est qu’il ne requiert pas de batteries pour emmagasiner l’électricité. Si vous suivez un peu les nouvelles, vous savez que les manufacturiers ont beaucoup de difficulté avec le développement de batteries pour emmagasiner plus d’énergie. Sans compter que c’est assez long que d’effectuer une recharge complète pour un véhicule électrique.

 

Dans le cas du véhicule à pile combustible, on élimine le besoin d’une batterie, ce qui réduit considérablement le poids d’un véhicule, mais aussi son impact indirect sur l’environnement, car les matériaux nécessaires à la fabrication de batteries sont très coûteux et difficiles à aller chercher. De plus, tout comme c’est le cas pour une voiture à essence conventionnelle, ça ne prend que quelques minutes pour effectuer le plein d’un véhicule à hydrogène. Le seul hic, c’est qu’il n’existe à peu près pas de station-service pour ce type de carburant et ce dernier est aussi très dangereux s’il n’est pas manipulé avec soin. Ainsi, autant vous dire maintenant que de nombreuses personnes voient l’hydrogène comme une forme d’énergie particulièrement dangereuse, ce qui n’aide en rien à la situation actuelle.

 

Des premiers tests concluants

 

Heureusement, Toyotoa a récemment investi de grosses sommes dans le développement de technologies pour les véhicules à hydrogène ce qui devrait servir à les rendre plus sécuritaires que jamais. D’ailleurs, au cas où vous ne le sauriez pas, la Mirai est une voiture à hydrogène. Néanmoins, Toyota vise un public plus large grâce à la Prius et le constructeur japonais a même commencé à effectuer des essais avec la Toyotsa Corolla. Cette dernière est la voiture la plus vendue au monde de tous les temps elle figure encore aujourd’hui parmi les modèles les plus populaires sur le marché, ce qui devrait certainement aider à rendre l’hydrogène plus populaire.

 

Toyota n’est pas le seul constructeur qui prône l’hydrogène puisque c’est aussi une technologie qu’on chercher à développer rapidement chez Hyundai. D’ailleurs, je crois que ce n’est qu’une question avant que d’autres constructeurs automobiles ne se soignent au bal.

 



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER

Nos autres inventaires de Toyota