Turbocompression : ça mange quoi en hiver?

   09 Septembre 2018 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Le marché de l'automobile a considérablement évolué au cours des dernières années et on entend de plus en plus parlé de la turbo compression. En fait, la majorité des véhicules populaires semble désormais tout équipée d'un moteur turbocompressé, à quelques exceptions près. Le plus ironique dans tout cela, c'est que la majorité des gens qui conduisent un véhicule équipé d'un moteur turbocompressé ne sont même pas conscients de ce à quoi sert se bidule qui s'accroche au moteur de leur véhicule. C'est pourquoi j'ai décidé de vous éclairer un peu sur le sujet.

Avant toute chose, il parler un peu de l'histoire du turbocompresseur puisque l'arrivée sur le marché de ce dernier ne date pas d'hier. En fait, le turbocompresseur est arrivé sur le marché en 1905 et il n'a jamais véritablement changé, ce qui témoigne à la fois de son efficacité et de sa grande simplicité. Ce qui a évolué par contre, ce sont les technologies qui entourent ce dernier et c'est là toute la problématique qui a donné une mauvaise réputation au turbocompresseur. Il faut savoir que le turbocompresseur n'est pas la première forme de suralimentation qui est arrivée sur le marche. Il a fait suite au compresseur volumétrique aussi communément appelé «supercharger».

Pour bien comprendre le turbocompresseur, il faut comprendre comment un moteur fonctionne. Pour simplifier le tout, un moteur compresse un mélange d'air et d'essence avant de le faire exploser soit par la pression ou par une étincelle, ce qui génère de l'énergie. L'avènement du compresseur volumétrique nous a appris qu'il était possible de compresser davantage d'air dans une chambre de combustion en utilisant l'énergie produite par le moteur. Néanmoins, le fait de relier le compresseur volumétrique aux pièces mobiles du moteur a aussi ses limites en terme de vitesse de rotation et donc, de compression. C'est là que le génie du turbocompresseur entre en jeux puisque ce dernier n'est pas physiquement lié aux poulies du moteur. En fait, le turbocompresseur utilise les gaz d'échappement pour faire tourner une turbine qui compresse de l'air. Or, plus le moteur envois de gaz d'échappement et plus le turbocompresseur est capable de compresser de l'air dans la chambre de combustion. L'apport est puissance du turbocompresseur est ainsi proportionnelle à la puissance que génère le moteur et le tout devient exponentiel.

Il fut une époque où le turbocompresseur était surtout utilisé pour ajouter de la puissance à un moteur pour que ce dernier offre de meilleures performances. Néanmoins, dans l'histoire récente de l'automobile, le turbocompresseur a permis aux constructeurs automobiles de réduire le nombre de cylindres dans leur moteur tout en conservant la même puissance. Par exemple, un moteur turbocompressé de 4 cylindres peut offrir la même puissance qu'une V6. Néanmoins, cette puissance n'est pas générée totalement à moins que vous enfonciez la pédale d'accélération et c'est là que le turbocompresseur devient efficace puisqu'il n'est pas toujours sollicité à son plein potentiel. Ainsi, un moteur turbocompressé offre une meilleure économie de carburant sans faire de compromis sur la puissance.

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER