Un véhicule de luxe pour petit budget : concessionnaire ou particulier ?

   08 Décembre 2020 PAR Jean-Sébastien Poudrier

En tant que journaliste automobile, c’est une question qu’on me pose régulièrement et c’est pour cette raison que j’ai enfin décidé de vous offrir une réponse à tous et la première chose que je pourrais vous dire sur le sujet, c’est d’éviter les voitures de luxe d’occasion si vous ne savez pas dans quoi vous vous embarquer. Bref, faites vos devoirs si vous n’êtes pas familier avec ce type de véhicule, car vous pourriez vous retrouver face à de bien mauvaises surprises.

Le concessionnaire

Débutons avec l’option facile si on veut, soit celle de faire affaire directement avec un concessionnaire, ce qui vous offre une certaine forme de sécurité. D’abord, un établissement qui se spécialise dans ce type de véhicule sera en mesure de vous fournir une inspection complète et précise du véhicule en plus de vous offrir une garantie prolongée pour accompagner le tout, ce que je vous recommande fortement, car c’est lorsque quelque chose de majeur brise que le mot regret prend tout son sens. Bref, tout ça pour dire que le concessionnaire a des obligations envers vous, le consommateur, mais soyez conscient que vous allez payer plus cher et que le concessionnaire ne connait pas forcément le produit qu’il vend aussi bien qu’un passionné. Ainsi, même si vous connaissez l’état et la valeur actuelle du véhicule, il sera difficile pour votre concessionnaire de vous guidé pour les coûts d’entretiens futurs et surtout en ce qui concerne la valeur à long terme de votre véhicule.

Le particulier

Avec le particulier, l’avantage, c’est que vous pouvez bénéficier d’un meilleur prix et également de connaissance précise sur le modèle, car les propriétaires de véhicules de luxe d’occasion sont généralement des gens bien informés. Il est certain que ce dernier a aussi des obligations envers vous, mais vous ne devez pas tenir pour acquis que le propriétaire connaît tout à propos de sa voiture, ce qui veut dire que vous pouvez avoir des surprises très dispendieuses quelques années ou quelques mois seulement après votre achat sans que l’ancien propriétaire soit responsable. De plus, il n’est pas rare que ce type de voiture soit acheté pour être ensuite revendu rapidement à profit, surtout lorsqu’on arrive sous la barre des 20 000$, car qui ne rêverait pas de rouler en voiture de luxe pour le prix d’une sous-compacte grand public. Ainsi, il ne faut pas hésiter à faire sortir un rapport Carfax et vous assurer que la voiture n’a pas passé entre plusieurs mains récemment. De plus, n’hésitez pas à demander au propriétaire toutes les factures d’entretiens qu’il possède, ce qui peut vous en dire long sur l’état de la voiture. Certains propriétaires profitent de leur voiture dans le meilleur de sa durée de vie, et ce, en faisait l’entretien minimal et en négligeant plusieurs réparations non urgentes. Ainsi, ça ne veut pas forcément dire qu’une voiture qui cumule plus de 20 000$ ou 30 000$ en réparation est forcément à éviter. Bref, renseignez-vous sur le modèle qui vous intéresse et ses problèmes typiques. Ensuite, voyez si l’historique de son propriétaire actuel correspond à ce qui aurait dû être fait sur la voiture et si le tout est similaire, vous avez peut-être l’affaire du siècle devant vous.

La dépréciation

Vous êtes intéressé par une voiture à 10 000$ qui en valait 150 000$ lorsqu’elle était neuve. Ça peut sembler être une bonne affaire à priori, mais dites-vous que cette dépréciation drastique est expliquée par 2 éléments précis, soit les coûts d’entretiens du véhicule et sa fiabilité générale. Donc, à moins que vous sachiez exactement dans quoi vous vous embarquez, je vous recommande d’aller vers un modèle peut-être plus dispendieux et plus stable.

Au final, ce qui est important, c’est de faire des recherches et de savoir à quoi s’attendre. Oui, les véhicules de luxe sont plus dispendieux à entretenir que les véhicules grand public, mais si vous calculez le tout dans votre budget et que ça reste raisonnablement dans vos moyens, je n’y vois là aucun problème. De plus, la qualité globale des véhicules de luxe et leur fiabilité ont considérablement augmenté dans les dernières années, ce qui veut dire qu’il est maintenant possible de rouler en Mercedes-Benz, en Audi ou en BMW en toute quiétude d’esprit.



Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER