Une voiture qui fonctionne à l’air comprimé

   14 Novembre 2014 PAR Jean-Sébastien Poudrier

Qu’est-ce que c’est que cette histoire à dormir debout? C’est ce que je me suis dit aussi la première fois que j’ai entendu cette nouvelle. Après l’hydrogène, l’essence, l’huile de patates frites, le Diésel et l’électricité, le carburant du futur n’est rien d’autre que l’air comprimé. Bon, par carburant du futur, je veux dire que certains prototypes sont actuellement testés et que si tout fonctionne bien, des voitures concepts pourront utiliser cette énergie pour fonctionner. Si vous êtes septique, sachez que je le suis également, mais il semblerait que cette technologie soit véritablement efficace, peut-être même trop efficace.

L’air comprimé est utilisé pour toute sorte de machines telles que les pistolets à clou qui servent aux travailleurs de la constructrice ou encore les pistolets à balle de peinture, un sport qui ne cesse de gagner en popularité chaque année. Alors pourquoi pas dans une voiture? Eh bien, c’est ce que certains scientifiques ont tenté de prouvé.

Une histoire de longue date

Ça ne date pas d’hier qu’on souhaite utiliser de l’air comprimer comme force motrice puisque 200 passés, c’était ce que faisant les propriétaires de locomotive dans certaines situations. Des véhicules à air comprimé sur rails ont même été créés quelque part entre 1870 et 1900.

Plus économique qu’une voiture électrique

Si une voiture à moteur à air comprimé venait qu’à voir le jour, les résultats serait catastrophique autant pour les voitures dotées de moteur à essence et même celles dotées de moteurs électriques. En effet, le moteur à air comprimé serait plus économique encore que le moteur électrique son réservoir étant moins coûteux à remplir. Sans compter qu’un réservoir d’air est moins lourd qu’une batterie, ce qui veut dire que la voiture nécessite moins d’énergie pour être propulsée.  

Un véhicule fonctionnant à air comprimé comporterait toutefois certains défis pour les ingénieurs puisqu’il ne dégage aucune chaleur. Imaginez vous le résultat à -30 degrés en plein moi de décembre. De plus, l’autonomie d’un véhicule à air comprimé serait encore plus faible que celle d’un véhicule électrique. Bien qu’aucune donnée officielle n’ait été émise sur le sujet, les scientifiques croient qu’une voiture fonctionnant à air comprimé serait capable de parcourir entre 70 et 140 kilomètres sur un seul pleins. Toutefois, un autre problème serait à envisager puisqu’une fois entamé, le réservoir d’air fournirait une pression de moins en moins forte, ce qui veut dire que la puissance du véhicule diminuerait en fonction de la consommation d’air.   

 

Auteur: JEAN-SÉBASTIEN POUDRIER